Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rentrée 2020 : à Nancy, les écoles se préparent à tous les scénarios face au coronavirus

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

La ville de Nancy souhaite que la rentrée 2020 soit la plus normale possible dans les écoles malgré la covid-19, avec une organisation des temps scolaires et un accueil des élèves habituels. Mais elle s'est préparée à toutes les éventualités pour s'adapter aux évolutions de la situation sanitaire.

Didier Mérou le directeur de l'école Alfred Mézières, le maire de Nancy Mathieu Klein, et l'adjointe déléguée à l'enfance et à l'éducation Véronique Billot présentent le protocole de rentrée.
Didier Mérou le directeur de l'école Alfred Mézières, le maire de Nancy Mathieu Klein, et l'adjointe déléguée à l'enfance et à l'éducation Véronique Billot présentent le protocole de rentrée. © Radio France - Flore Catala

Les 44 écoles de la ville de Nancy sont dans les starting blocks à l'approche de la rentrée scolaire, le 1er septembre 2020. Une rentrée qui ne sera comme aucune autre : en raison de l'épidémie de coronavirus, elle se fait dans des conditions exceptionnelles et suscite toute l'attention de la municipalité, décidée à ce que la reprise se fasse dans les meilleures conditions, et convaincue d'être prête après avoir traversé des mois de crise sanitaire.

Une rentrée la plus normale possible

À Nancy, 6 300 élèves doivent reprendre le chemin de l'école ce mardi 1er septembre. Malgré l'épidémie, et les signes d'un rebond de plus en plus inquiétants ces dernières semaines, la mairie tient à ce que cette reprise soit la plus normale possible. Pas question de revivre les errements de la reprise du 11 mai dernier : tous les élèves seront accueillis comme à chaque rentrée. Et puisque la distanciation physique n'est plus de mise, et que le brassage des élèves est à nouveau possible, les cours, la récréation, la cantine seront organisés comme d'habitude.

Les sanitaires et les classes seront nettoyées trois fois par jour, le matin, l'après-midi et le soir. Tous les adultes, personnel comme enseignants devront porter un masque, et des temps pédagogiques seront dédiés pour rappeler aux enfants qu'il faut se laver les mains, éviter de faire passer ses affaires entre toutes les mains, et ne pas embrasser ses camarades.

Rester préparé à toutes les éventualités

Autre scénario, celui d'un durcissement du protocole sanitaire. En cas de retour des règles de distanciation, les écoles bénéficieront de personnel supplémentaire pour accueillir les enfants en plus petits groupes.

Dans les cantines, un troisième service pourra être mis en place si besoin. Des animateurs supplémentaires seront mobilisés pour les temps périscolaires.

Mais la ville de Nancy a également songé aux pires situations. Si une classe ferme en raison de la découverte d'un cas positif, et qu'élèves et professeur doivent rester en quarantaine, la continuité pédagogique pourra être assurée grâce à la création d'un espace numérique dédié pour chaque école, et la distribution de tablettes numériques pour les familles sans ordinateur à la maison.

Surcoût Covid

Une organisation et une préparation dont le coût n'est pas négligeable. La mairie a dépensé 45 000 euros en produits nettoyants. Elle prévoit de financer deux à trois masques par personne par jour, ce qui revient à un coût de 4 400 euros par mois. Et il faut également compter 30 000 euros pour une centaine de tablettes commandées en cas de quarantaine. 

"Si des inquiétudes existent, nous voulons les lever" - Mathieu Klein, maire de Nancy

Malgré ces différents scénarios dans toutes les têtes, "il y a quand même une envie, une envie de reprendre, de retrouver l'école et ses amis. Il y a une attente" relate Mathieu Klein, le maire de Nancy. Il en veut pour preuve le nombre d'inscriptions qui reste important, notamment à la cantine : environ 3 900 élèves inscrits, un chiffre similaire à celui de l'année dernière. "Et si des inquiétudes existent" ajoute M. Klein, "nous voulons les lever par une politique sanitaire exigeante, et une capacité de s'adapter". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess