Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rentrée 2020 : y aura-t-il assez de professeurs dans l'académie de Limoges ?

-
Par , France Bleu Limousin

La rectrice de l'Académie de Limoges vient d'annoncer les dotations de postes pour la rentrée 2020. Ce sera la statu quo : ni création, ni suppression de poste dans le 1er degré, et un nombre d'heures d'enseignement stable dans le secondaire. Déception et colère des syndicats d'enseignants.

La dotation en postes d'enseignants sera stable dans les écoles du Limousin pour la rentrée 2020 - illustration
La dotation en postes d'enseignants sera stable dans les écoles du Limousin pour la rentrée 2020 - illustration © Radio France - Guillemette Franquet

Le rectorat vient d'annoncer la dotation attribuée à notre académie pour la rentrée 2020, et c'est quasiment le statu quo : il n'y aura ni création ni perte de classes dans le 1er degré, et le nombre d'heures d'enseignement restera stable dans les collèges et lycées.

Dans le 1er degré, une dotation stable malgré une baisse d'effectifs

Après plusieurs années de suppression de postes, l'académie n'encaisse donc pas de pertes supplémentaires. Du coup, la rectrice Anne Laude parle d'une "rentrée favorable". Favorable car le ministère n'enlève aucun poste d'enseignant dans le 1er degré alors que les écoles de l'académie vont perdre 740 élèves (dont une baisse démographique de 400 élèves en Haute-Vienne). "Cela va nous permettre d'assurer nos priorités" affirme la rectrice, "notamment une répartition équitable des moyens sur nos territoires ruraux, mais aussi limiter le nombre d'élèves à 24 en grande section de maternelle et poursuivre le dédoublement des CP et CE1 dans les zones REP et REP+".

C'est une dotation nulle, elle porte bien son nom !

Mais les syndicats d'enseignants n'ont pas du tout le même regard. Ils parlent d'une situation déjà très tendue dans l'académie : selon l'UNSA, 850 écoliers haut-viennois étaient sans professeur le mois dernier, par manque de remplaçants. Thibault Bergeron, représentant du SE-UNSA en Haute-Vienne, s'en agace : "c'est une dotation nulle, elle porte bien son nom ! Limiter les classes de grande section à 24 élèves ? On va le faire sans moyens dédiés, donc pour mettre en oeuvre cette mesure non-financée, il faudra fermer des classes et piocher dans le volant de remplaçants". Selon ce syndicat, il faudrait 50 postes supplémentaires en Haute-Vienne pour que la situation soit équilibrée.

Pour les syndicats d'enseignants, le raisonnement est le même dans le secondaire. Avec 4 postes en moins, compensés par des heures supplémentaires, les professeurs ne sont pas du tout satisfaits. Selon eux, la réforme du lycée et du bac est ainsi très mal accompagnée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu