Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Rentrée de la Toussaint : "Il y a forcément une usure" estime la rectrice d'Académie de Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu La Rochelle

Crise sanitaire, port du masque obligatoire dès 6 ans, alerte attentat, hommage à Samuel Paty... "C'est évidemment une rentrée complexe", reconnait sur France Bleu, Bénédicte Robert, la rectrice de l'Académie de Poitiers, invitée de France Bleu ce lundi 2 novembre.

La rectrice d'Académie de Poitiers, invitée de France Bleu Poitou ce lundi 2 novembre.
La rectrice d'Académie de Poitiers, invitée de France Bleu Poitou ce lundi 2 novembre. © Radio France - Fanny Bouvard

Cette rentrée de la Toussaint est marquée, ce lundi 2 novembre, par l'hommage national rendu à Samuel Paty, cet enseignant tué devant son établissement par un terroriste il y a deux semaines. "Il a fallu beaucoup échangé avec les enseignants, car il y a eu des changements de dernière minute dans l'organisation", explique la rectrice, invitée de France Bleu. "Le temps d'échange devait avoir lieu avant la minute de silence, et c'était important. Maintenant je suis confiante en ce qui concerne le respect de cette minute dans nos établissements picto-charentais".

"Il y a de l'usure dans la population en général, et à cette crise s'ajoute la douleur liée à l’assassinat de Samuel Paty", affirme la rectrice de l'Académie de Poitiers

Une nouvelle rentrée, un nouveau protocole sanitaire

La rectrice reconnait que le maintien de l'école en présentiel malgré le reconfinement a pu susciter  des interrogations, mais elle déclare que cette solution reste préférable. "On progresse moins vite, on progresse moins bien avec l'enseignement à distance", souligne Bénédicte Robert qui rappelle aussi qu'au printemps 1.000 élèves sur les 135.000 de l'Académie étaient considérés comme décrocheurs. "Nous allons travailler à la sensibilisation toute la semaine", ajoute-t-elle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess