Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rentrée des classes : on a testé le CP dédoublé à Saint-Étienne

jeudi 7 septembre 2017 à 20:03 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire

La réforme mise en place pour cette rentrée 2017 de dédoubler les classes de CP situées dans les zones prioritaires classées en REP+ est très bien accueillie à l'école Saint-Saens de Montreynaud, à Saint-Étienne (Loire).

Dix élèves dans cette classe de CP à Montreynaud.
Dix élèves dans cette classe de CP à Montreynaud. © Radio France - Angy Louatah

Saint-Étienne, Loire, France

Depuis lundi, jour de rentrée des classes, les CP de l'école Saint-Saens de Montreynaud, à Saint-Étienne (Loire), sont dédoublées. Il s'agit de la réforme phare de cette rentrée 2017. Dans ces zones d'éducation prioritaire, les élèves de CP ne sont pas plus de 12 par classe. L'objectif est de permettre au professeur d'individualiser l'aide pour chaque élève.

À dix on est bien, ça change la vie" - Nesrine, une élève

Dans la classe de Julie, il y a même seulement 10 élèves. L'ambiance est effectivement très studieuse. Au moment d'apprendre l'écriture du chiffre "7", l'enseignante peut par exemple passer derrière chaque élève et lui faire, ou pas, les petits points qui lui serviront de guide sur son cahier : "avant, soit je ne le faisais pas du tout, soit je le faisais pour tous les élèves alors que certains n'en n'ont pas besoin, on peut vraiment plus facilement personnaliser".

Après quelques jours, la petite Nesrine est déjà convaincue : "à dix, on est bien, ça change la vie ! Pour moi, c'est plus facile." Pour les parents, le test semble également concluant. La fille de Naïma est dans la classe de Julie, mais il y a deux ans, son fils était dans une classe de CP à 25, alors elle peut comparer : "je trouve cela très bien, je vois déjà qu'elle progresse, ce n'est comme s'ils étaient 25. La maîtresse a plus de temps donc c'est mieux. Pour mon fils, je n'avais pas vu les progrès aussi vite."