Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Rentrée des classes pour les écoliers : la vaccination, priorité du syndicat UNSA Education dans le Grand Est

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Une rentrée sous le signe de "l'inquiétude et du découragement" pour l'UNSA Education alors que 210 000 écoliers retrouvent leurs classes en Lorraine ce lundi. La responsable du syndicat dans le Grand Est était l'invitée de France Bleu.

Le retour en classe est effectif ce lundi pour les écoliers, ce sera le 3 mai pour les collégiens et lycéens après une semaine de cours à la maison
Le retour en classe est effectif ce lundi pour les écoliers, ce sera le 3 mai pour les collégiens et lycéens après une semaine de cours à la maison © Radio France - Lucie Thuillet

Classe fermée dès le premier cas positif de covid, déploiement des tests salivaires pour les élèves, arrivée des auto-tests pour les équipes pédagogiques. Le protocole sanitaire mis en place pour le retour en classe de plus de 6 millions d'écoliers ce lundi 26 avril en France - dont 210 000 en Lorraine - ne satisfait pas pleinement la secrétaire régionale du syndicat UNSA Education dans le Grand Est. Magali Leclaire était l'invitée de France Bleu Lorraine.

C'est une reprise "marquée par une forte inquiétude et un certain découragement", selon Magali Leclaire. En cause ? "Un manque de vaccination ! Les collègues sont prêts depuis longtemps mais ils ont besoin d'être vaccinés. Il y a très peu d'enseignants de plus de 55 ans [les créneaux prioritaires sont réservés à partir de cet âge, NDLR]"

La moyenne d'âge est de 42 ans dans le premier degré et 44 ans dans le second degré. Donc 55 ans c'est un début mais ce n'est pas suffisant

"Les collègues ont envie de retrouver leurs élèves, ils ont envie de travailler mais ils ont besoin d'être vaccinés", insiste Magali Leclaire. Quant aux autres protections sanitaires, auto-tests et tests salivaires, "ça ne suffit pas", selon la responsable syndicale. "On a l'impression que c'est un pansement pour pallier le fait que nous ne sommes pas vaccinés !" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess