Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rentrée des classes : un plat chaud à la cantine dans tous les collèges de Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Les 12 500 collégiens qui mangent à la cantine en Savoie auront droit à un plat chaud de nouveau dès mardi prochain. En mai et juin dernier, c'était plateau-repas froid pour tout le monde. Un retour à la normale qui s'accompagne de certains aménagements nécessaires pour éviter trop de manipulations.

Retour d'une cantine presque normale dans les collèges de Savoie dès mardi.
Retour d'une cantine presque normale dans les collèges de Savoie dès mardi. © Maxppp - Alexandre Marchi

21 000 collégiens feront leur rentrée mardi en Savoie dans l'un des 46 collèges du département, avec le masque obligatoire pour tout le monde. La consigne est valable à la cantine jusqu'à la table, comme au restaurant.  Le département annonce le retour "presque" à la normale du service de restauration du midi. Cela signifie un repas chaud.

" Au printemps nous avions si l'on peut dire un peu dégradé le service en ne mettant à disposition que des plateaux-repas froids, jetables, explique la vice présidente du Département en charge des collèges Marie-Claire Barbier. _C'est quelque chose qui avait été difficile à vivre y compris pour nos cuisiniers qui ont à cœur de préparer des bons petits plats pour les collégien_s ".

12 500 collégiens savoyards sont demis-pensionnaires

Pour respecter le protocole sanitaire, chaque chef d'établissement mettra ensuite en place l'organisation du self selon le nombre de demis-pensionnaires et la configuration de la salle de restaurant. Le Département a suggéré de réduire le choix des entrées, plats, desserts pour éviter trop de "touche à tout" des élèves. Le service se fera à l'assiette, directement sur le plateau du collégien. Les "salades-bars" seront supprimées. 

Enfin les élèves iront au réfectoire par classe, "pour éviter le brassage et permettre le traçage des cas contact "en cas de positivité, explique Marie-Claire Barbier. Au collège La Lauzière à Aiguebelle, le self est tout neuf, mais les élèves ne pourront pas s’asseoir où ils voudront , ni avec un camarade d'une autre classe, explique le principal du collège. Le protocole sanitaire s'immisce jusque dans le planning horaire : "J'ai prévu aussi une plage horaire plus importante, de deux heures, pour la pause méridienne, pour permettre à tous les élèves demis-pensionnaires de prendre un repas correct et sans stress", ajoute Pascal Fortin. 

Après chaque passage d'élève, les tables seront désinfectées. Et bien sûr, le gel hydroalcoolique sera disponible à l'entrée pour ceux qui ne seront pas passés par la case "eau et savon" avant de venir déjeuner. 

Face aux parents réticents, infirmières et médecins scolaires sont sollicités pour les appeler 

Le directeur académique en Savoie Eric Lavis souligne qu'au réfectoire comme pour les autres temps scolaires, ce sera une rentrée " la plus proche possible des conditions habituelles ". Toutes les activités périscolaires seront de retour y compris les sorties à la piscine.  Mais il ajoute : " ce sera une normalité prudente ". 

Quant aux parents réticents à envoyer leurs enfants en classe dans cette période de recrudescence des cas de COVID-19,  l'Education nationale les contacte pour les convaincre. " Les établissements déploient des efforts de communication et de persuasion pour faire comprendre que nous prenons beaucoup de précautions pour que leurs enfants étudient dans de bonnes conditions notamment sanitaire, explique Eric Lavis. Et si ces efforts de persuasion ne suffisent pas je mobilise mon infirmière conseillère technique et le médecin conseiller technique qui contactent les familles pour leur expliquer combien les précautions permettent de veiller à la sécurité de leur enfant ".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess