Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rentrée des maternelles et primaires : "Rien n'a été anticipé" regrettent les syndicats

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les syndicats d'enseignants s'inquiètent à l'approche de la rentrée du 26 avril pour les maternelles et les primaires. Le protocole sanitaire n'est pas encore défini, et le Covid-19 circule activement partout en France.

Une classe de CM1, à Paris.
Une classe de CM1, à Paris. © Radio France - Alexis Morel

À quoi ressemblera la rentrée des maternelles et des primaires, prévue le lundi 26 avril ? Pour l'instant, les syndicats d'enseignants attendent toujours la réponse. "Des réunions sont en cours, le protocole sera tranché dans les prochains jours", explique le ministère de l'Éducation. "C'est comme d'habitude, on est pendu aux annonces médiatiques mais notre ministère ne nous communique rien", regrette Jimmy Sangouard, co-secrétaire du SNUipp-FSU en Ardèche. 

Les syndicats ont lancé une pétition en ligne pour essayer de se faire entendre, et réclamer un protocole sanitaire strict pour cette rentrée : plus de dépistages en milieu scolaire, équipement des locaux en capteurs de CO2, fournitures de masques chirurgicaux aux élèves et au personnel, et la création de nouveaux postes d'enseignants. "Si on avait des enseignants supplémentaires on pourrait faire des petits groupes, non seulement pour alléger les effectifs, mais aussi pour mieux accompagner les élèves, car certains n'ont toujours pas rattrapé le retard du premier confinement", explique Jimmy Sangouard. 

Aucune leçon n'a été tirée de l'année qui vient de s'écouler

Du côté de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), on regrette également un manque d'anticipation, et un retard sur la vaccination des enseignants, pour l'instant réservée au plus de 55 ans. "Pour nous, les écoles doivent être ouvertes, mais il faut que les enseignants se fassent vacciner. On nous dit que les enfants ne sont pas transmetteurs de la pandémie, mais ils peuvent quand même l'attraper par l'intermédiaire des adultes. Il y a beaucoup d'enseignants, qui ont moins de 55 ans, qui ne sont pas vaccinés. Et ça, ça nous inquiète." Cette revendication n'est pour l'instant pas entendue : l'exécutif n'a donné aucune date précise pour le lancement de la généralisation de la vaccination des enseignants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess