Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rentrée au Pays Basque : les salariés de Seaska font monter la pression

vendredi 31 août 2018 à 18:34 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Forte mobilisation des salariés de Seaska ce vendredi. Ils ont manifesté devant le siège de l'Inspection Académique à Pau pour réclamer 20 postes supplémentaires. L'Inspection Académique dit avoir les mains vides.

Les enseignants de Seaska ont manifesté devant l'inspection académique à Pau.
Les enseignants de Seaska ont manifesté devant l'inspection académique à Pau. © Radio France - Bixente Vrignon

Pays Basque, France

350 enseignants et salariés de Seaska ont manifesté vendredi matin devant l'Inspection académique à Pau, dont ils ont occupé le hall d'entrée pendant 2h. La Fédération des ikastola réclame 25 postes depuis ce printemps, pour assurer une rentrée décente. L’Éducation Nationale pour sa part n'en n'a concédé que cinq. Seaska a décidé d'en payer 15 sur fond propres, mais financièrement ça ne sera pas tenable longtemps.

Seaska doit faire avec ce qui lui est attribué

Le directeur académique des services de l’Éducation nationale (DASEN), Pierre Barrière, est clair : "Je n'ai en aucun cas, de moyens supplémentaires à répartir". Pour le représentant de l’Éducation nationale, "était-il opportun d'ouvrir à Boucau ou dans des endroits isolés qui peinent à remplir, alors qu'on n'a pas plus de postes ? Il faut que la leçon soit tirée et que le dialogue se poursuive".

Pierre Barrière (DASEN): "Il faut que le dialogue se poursuive, ne pas rester sur un blocage"

Manque de volonté politique

Les enseignants de Seaska, pour leur part, dénoncent un manque de volonté politique. Ils étaient près de 75% du personnel de Seaska à s'être déplacés. "Ça n'est pas à nous à nous adapter aux moyens concédés par l’Éducation nationale, mais à elle à s'adapter à notre système éducatif", dénonce le porte-parole Filipe Lascaray. Il reconnait que : "on repart bredouille, mais on a montré notre détermination, et il n'est pas question de continuer dans ces conditions". A la fin du rassemblement, ils ont orné la corniche d'entrée de cartables d'enfants.

Filipe Lascaray, salarié de Seaska: "La situation est bloquée"

Rencontre tripartite le 3 septembre à Bayonne

Le 3 septembre, une rencontre tripartite aura lieu entre le Recteur d'Académie de Bordeaux, Seaska, et l'Office Public de la Langue Basque.