Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rentrée scolaire et coronavirus : "Nous sommes prêts", rassure la rectrice de Normandie

La rectrice d'Académie, Christine Gavini-Chevet, invitée ce mardi matin de France Bleu à l'occasion de la rentrée scolaire, s'est voulue rassurante, arguant que l'expérience acquise en fin d'année dernière doit permettre à cette reprise de se dérouler dans les meilleures conditions possibles.

Christine Gavini-Chevet, rectrice d'Académie
Christine Gavini-Chevet, rectrice d'Académie © Radio France - Francis Gaugain

Plus de 589 000 élèves font leur rentrée en Normandie. Ils sont 12 400 000 en France à retrouver les chemins de l'école, du collège ou du lycée. Une reprise dans un contexte inédit au vu du contexte sanitaire. "Nous sommes prêts à recevoir les élèves en toute sécurité dans les établissements", a assuré la rectrice de l'académie de Normandie, Christine Gavini-Chevet, ce mardi matin en direct sur France Bleu Normandie et France Bleu Cotentin.

"Un protocole sanitaire prévoit toutes les situations et permet d'éviter la contagion dans les établissements avec bien sûr le respect des gestes barrières, le nettoyage, la désinfection des locaux mais aussi le port du masque pour tous les personnels et les élèves à partir de la sixième", a-t-elle ajouté. 

Limiter au maximum les brassages d'élèves

Comment faire respecter les règles dans une classe de trente enfants ? Des parents d'élèves s'inquiètent à ce sujet. "Par rapport à l'année dernière nous sommes dans une situation plus favorable parce que nous nous installons dans le temps long avec un protocole sanitaire qui a vocation à durer toute l'année si l'épidémie est toujours là", a précisé Christine Gavini-Chevet. 

"Nous avons l'expérience de ce qui s'est passé en mai-juin dernier. Quand on dit que les classes sont lourdes, je rappelle que c'était déjà le cas en fin d'année dernière. Nous allons encore renforcer le nettoyage et l'aération des locaux, notamment à la cantine où on ne peut pas porter le masque", a poursuivi la rectrice. La volonté est également de réduire au maximum les brassages d'élèves. Il a été demandé aux directeurs et chefs d'établissements de limiter les moments où les groupes se croient.

Un stock de secours pour les élèves qui viennent sans masque

Que se passe-t-il si l'enfant n'a pas de masque, que ce soit en cas d'oubli ou parce que cela coûte trop cher aux familles ? Les établissements ont prévu des stocks "et nous pouvons donc donner un masque aux élèves qui n'en ont pas", a soulignéla rectrice tout en précisant "que c'est aux familles de pourvoir à l'achat de masques." 

Rajoutons que plusieurs collectivités ont d'ors et déjà fourni des masques lavables à bon nombre d'élèves. Pas de sanctions prévues en cas d'absence de port du masque mais un travail sur la "responsabilisation des élèves", laissant aux autorités compétentes la possibilité de dresser des amendes en dehors des établissements scolaires.

En cas de suspicion, mise en place du tryptique : tester, isoler, tracer

Qu'est-il prévu en cas de suspicion de cas ? "Dès qu'un élève présente des symptômes, il est isolé, on appelle ses parents. Tout de suite on prévient les autorités sanitaires et on se renseigne sur les cas contacts (même chose pour les personnels)", a expliqué la rectrice. A partir de ces résultats, il est décidé soit d'isoler seulement un groupe de personnes, soit de fermer une classe, un niveau, un bâtiment ou un établissement. Une fermeture éventuelle uniquement sur la durée de la quatorzaine, le temps de désinfecter les locaux.

Quant aux cours d'EPS, il faudra respecter la distanciation sociale et choisir les activités avec soin pour éviter le plus possible les contacts. En attendant, bonne rentrée à tou(te)s !

Réécoutez l'interview de la rectrice Christine Gavini-Chevet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess