Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rentrée scolaire 2018 : "Il manque des enseignants dans les Alpes-Maritimes" selon le SNES-FSU

lundi 27 août 2018 à 8:42 Par Emma Sarango, France Bleu Azur

À une semaine de la rentrée scolaire, les syndicats enseignants s'inquiètent du manque d'effectif dans l'académie de Nice. "On se retrouve avec des classes à trente élèves" regrette Alain Galan, du SNES-FSU, invité de France Bleu Azur lundi matin.

Alain Galan, représentant du syndicat enseignant SNES-FSU dans l'académie de Nice
Alain Galan, représentant du syndicat enseignant SNES-FSU dans l'académie de Nice © Radio France - Sarango

Nice, France

Lundi prochain, 3 septembre, 170.000 élèves vont faire leur rentrée dans les établissements publics des Alpes-Maritimes. Des effectifs globalement stables, mais selon le syndicat enseignant SNES-FSU, il manque toujours des postes de professeur dans le département. "En moyenne, nous sommes cette année à trente élèves par classe au collège", regrette Alain Galan, représentant du SNES-FSU dans les Alpes-Maritimes, invité de France Bleu Azur lundi matin. "Nous prônons des classes à 24 élèves" explique-t-il.

Des salaires trop bas en début de carrière

Pourtant, quand effectivement des postes ouvrent dans l’académie de Nice, ils ne trouvent pas toujours preneur. Les professeurs de mathématiques notamment sont de plus en plus rares car les jeunes se détournent de la carrière enseignante. "Il y a d'abord le salaire", selon Alain Galan. "Il y a 20 ans un jeune gagnait deux fois le SMIC en début de carrière, aujourd'hui c'est 1,2 fois le SMIC" regrette le syndicaliste. Mais selon lui, c'est également l'image du métier qui s'est détériorée. "Il faut agir pour retrouver de bonnes conditions de travail et notamment en desserrant les effectifs" propose Alain Galan. 

L'invité de France Bleu Azur lundi matin : Alain Galan, représentant du SNES-FSU dans les Alpes-Maritimes