Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Le pourquoi du comment

Rentrée scolaire : à quoi sert vraiment la maternelle ?

mardi 4 septembre 2018 à 4:05 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre

En cette semaine de rentrée, on s'intéresse aux tout petits, dans le pourquoi du comment. 55 000 élèves reprennent le chemin de l'école cette semaine, dans l’Yonne, dont environ 12 000 en maternelle.

© Maxppp - SIMON DAVAL

Dans l’Yonne, plus de 50 000 élèves reprennent cette semaine le chemin de l'école. Parmi eux, il y a environ 12 000 enfants qui font leurs premiers pas en maternelle. Un niveau d’éducation qui est parfois méconnu, mal appréhendé par les parents.

A quoi sert l’école maternelle ?

Dans les textes officiels, l'objectif principal de l'école maternelle est de "permettre à chaque enfant une première expérience scolaire réussie”. Evidemment, c'est un peu vague. En fait, selon les pédagogues, "une expérience scolaire réussie", c'est donner envie d'aller à l'école, d'apprendre, d'aller au-devant des autres.

C'est développer un potentiel dans les domaines de la motricité, du langage, de l'imaginaire, de la relation aux autres, pour permettre à l'enfant de s'épanouir et de se développer. Bref : transformer l'enfant.... en élève ! Ce n'est pas la peine, donc, de stresser autour du fameux triptyque : "lire-écrire-compter"... ça, ça viendra après. Alors on respire !

Pour autant, la maternelle est loin d'être une garderie ?

En tout cas elle ne devrait l'être, même si certains pédagogues trouvent que ça ne fonctionne pas assez bien. En 2008, un ancien instituteur devenu inspecteur a publié, sous le nom de Julien Dazay, un plaidoyer pour la fermeture des maternelles, qui ne serviraient à rien, selon lui, par manque d'ambitions et de moyens.

Mais les études scientifiques montrent que la « situation cognitive précoce », c’est à dire l'environnement des enfants, entre zéro et 5 ans, a un impact important sur la réussite scolaire, le niveau d'études et l'insertion professionnelle. C'est d’ailleurs cette donnée qui a poussé le gouvernement à annoncer, en mars, que l'école allait devenir obligatoire dès l'âge de 3 ans. La mesure entrera en vigueur à la rentrée 2019. Jusqu'à présent, l'éducation n'était obligatoire qu'à partir du CP, c'est à dire 6 ans.

La plupart des petits vont déjà en maternelle 

C’est en effet une mesure très symbolique, puisque 97% des enfants de 3 ans sont déjà scolarisés. Mais les chiffres varient selon les villes et les milieux sociaux. La réforme vise donc, selon le gouvernement, à réduire les inégalités, à encourager l'assiduité... et à cesser de considérer que la maternelle, c'est une option.

Mais attention, c'est l'instruction qui est obligatoire, pas la scolarité !  Les parents peuvent tout à fait décider de faire classe eux-mêmes à leurs enfants, mais ils devront le déclarer et se soumettre aux contrôles réguliers de l'inspecteur d'académie.

Et ailleurs en Europe, ça se passe comment ?

C'est en Suisse et au Luxembourg, que la scolarisation est obligatoire le plus tôt : à partir de 4 ans. Au royaume Uni ou en Espagne, c'est 5 ans. En Italie, en Suède et en Allemagne, l’instruction est obligatoire dès l’âge de 6 ans (comme la France jusqu’ici, donc).

On parle là de l'âge légal, mais comme en France, la scolarité est possible plus tôt. Elle débute vers 2 ans et demi  ou 3 ans dans la plupart des pays. Parfois, c'est  beaucoup plus tôt : en Suède ou en Espagne par exemple, les enfants peuvent aller en maternelle dès l’âge de 1 an.

  - Getty
© Getty -