Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rentrée scolaire et coronavirus : un protocole sanitaire mal préparé pour les syndicats enseignants de Gironde

-
Par , France Bleu Gironde

Dans une semaine ce sera la pré-rentrée scolaire pour les enseignants des écoles, collèges et lycées de Gironde notamment. Mais les syndicats enseignants s'inquiètent d'un manque de clarté du protocole sanitaire à appliquer contre le coronavirus pour la rentrée.

Rentrée scolaire en Gironde : les syndicats enseignants inquiets quant au manque de précisions sur le dispositif sanitaire appliqué contre le coronavirus.
Rentrée scolaire en Gironde : les syndicats enseignants inquiets quant au manque de précisions sur le dispositif sanitaire appliqué contre le coronavirus. © Maxppp - Alexandre Marchi / PQR / Est Républicain

A une semaine de la pré-rentrée scolaire des enseignants des écoles, collèges et lycées le 31 août, les syndicats enseignants de Gironde alertent. La rentrée est marquée par l'accélération de la circulation du coronavirus. Pourtant, des questions restent sans réponses quant au dispositif sanitaire appliqué pour limiter la propagation du virus dans les établissements scolaires selon les syndicats. La récente intervention de Jean-Michel Blanquer jeudi soir sur la chaîne de télévision France 2 ne les a pas rassurés. Rien de concret dénoncent-ils, hormis le masque obligatoire dans les collèges et lycées. 

"Un protocole sanitaire ne se résume pas au port du masque obligatoire"

Le protocole sanitaire dans les établissements scolaires a été allégé, dénonce Catherine Dudès. Un protocole a été mis en place au début du mois de mai pour la rentrée scolaire post-confinement, "il a sans cesse été allégé depuis" commente la co-secrétaire départementale du SNES-FSU, principal syndicat du secondaire. Alors même que les élèves seront plus nombreux en présentiel à la rentrée de septembre. Parmi les questions restées pour l'instant en suspens, il y a aussi la réouverture des cantines et des lycées, où de fait le dispositif sanitaire n'a pas encore été testé. "Un protocole sanitaire ne se résume pas au port du masque obligatoire ou pas," souligne Catherine Dudès. En référence aux annonces du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer qui rend obligatoire le port du masque en toute situation au collège et au lycée. "Donc on a toutes ces interrogations, en termes de normes, de personnel suffisant et d'organisation pédagogique parce que ce n'est pas facile de travailler avec des normes aussi contraignantes," conclut Catherine Dudès qui est aussi professeure d'histoire-géographie au Collège Montaigne de Lormont. 

On a toutes ces interrogations, en termes de normes, de personnel suffisant et d'organisation pédagogique - Catherine Dudès du syndicat SNES-FSU

Un manque de préparation de la part du ministère de l'éducation jugé incompréhensible par Cathy Souffron, co-secrétaire départementale du SNUI-PP, principal syndicat du primaire. D'autant plus que pour les écoles, l’Éducation Nationale travaille main dans la main avec les mairies. "Un protocole c’est des personnes qui voient leur emploi du temps modifié", explique Cathy Souffron. "Je pense au personnel communal parce qu’il faut faire plus de ménage, parce que la surveillance de la cantine [la garderie] s’effectuent différemment." Elle ne comprend par que le protocole sanitaire à mettre en œuvre se définisse "dans l'urgence à nouveau au mois de septembre", que le temps entre la fin des cours et le retour en classe n'ait pas davantage été mis à profit pour organiser la rentrée des classes. "Ce qui nous fait peur c’est de devoir changer notre fusil d’épaule," ajoute Cathy Souffron. "Après avoir préparé une rentrée normale, de devoir rapidement tout changer sur des scénarios qui n’existent pas encore une fois."  

Ce qui nous fait peur c’est de devoir changer notre fusil d’épaule, après avoir préparé une rentrée normale, tout changer sur des scénarios qui n'existent pas. - Cathy Souffron, du SNUI-PP Gironde 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess