Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rentrée scolaire : "il faut baisser l’allocation en primaire et l'augmenter au lycée"

-
Par , France Bleu Mayenne

C'est une bouffée d'oxygène pour de nombreuses familles modestes : l'allocation de rentrée scolaire est versée à partir de ce jeudi. Mais selon l'association Familles de France de la Mayenne, elle ne correspond pas aux besoins réels.

L'allocation de rentrée scolaire est versée à partir de ce jeudi à 2,8 millions de familles.
L'allocation de rentrée scolaire est versée à partir de ce jeudi à 2,8 millions de familles. © Maxppp - Claude Prigent

Laval, France

Certaines familles l'attendent avec impatience. L'allocation de rentrée scolaire est versée à partir de ce jeudi. Mais pour Christian Thirault, le président de Familles de France de la Mayenne, elle n'est pas adaptée et des changements s'imposent.

De 364 à 397 euros en fonction de l'âge de l'enfant

L'allocation est de 364 euros par enfant de 6 à 10 ans, 384 euros pour les enfants de 11 à 14 ans, 397 euros pour les 15 à 18 ans. Une allocation versée sur critères de revenus, il y a un plafond à ne pas dépasser. Elle permet aux plus modestes d'acheter les fournitures scolaires de leurs enfants, vêtements, voire de financer en partie une activité sportive.

"Pour le lycée, ça ne suffit pas".

Mais pour Familles de France, l'allocation pour un élève de primaire devrait être légèrement baissée, pour pouvoir augmenter celle pour un élève de lycée, car actuellement la différence entre les deux allocations n'est pas assez importante.

Christian Thirault, le président de Familles de France de la Mayenne

"Il y a un écart entre le primaire et le lycée qui est minime. Un enfant coûte beaucoup plus cher lorsqu'il est au lycée que lorsqu'il est en primaire. On voudrait une modulation beaucoup plus importante, que les trois tranches soient beaucoup plus significatives qu'elles ne le sont actuellement. Il faut baisser légèrement, mais baisser quand même, l'allocation pour le primaire, et augmenter en conséquence pour le collège et le lycée. Car pour le lycée ça ne suffit pas", explique Christian Thirault, le président de Familles de France de la Mayenne

L'allocation de rentrée scolaire est versée à un peu plus de 2,8 millions de familles en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu