Éducation

Rentrée scolaire : la sécurité avant tout

Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord mercredi 24 août 2016 à 20:15

Les écoles renforcent leurs mesures de sécurité
Les écoles renforcent leurs mesures de sécurité © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN

Le gouvernement a présenté ce mercredi des mesures pour que les écoles puissent s'adapter à la menace terroriste. Les parents sont rassurés, les enseignants moins.

Cette année, la rentrée sera particulière. Le gouvernement a cherché à rassurer parents, élèves et enseignants en annonçant de nouvelles mesures de sécurité pour l'année scolaire 2016-2017.

Près de 3 000 réservistes de la gendarmerie nationale patrouilleront devant les établissements dès le premier jour de la rentrée. Ils seront en lien permanent avec la police municipale des communes. 500 cadres de l'Éducation nationale dont les chefs d'établissements seront formés au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier. Trois autres centres devraient voir le jour d'ici la fin de l'année.

Tests et simulations

Et pour se préparer au mieux à un attentat, plusieurs tests seront mis en place notamment celui de l'alerte par SMS. Les élèves devront également assister à des simulations d'attaques. Pour les plus petits, ce sera dans un cadre ludique. Le maître d'école devra leur apprendre par exemple à se taire quand il fait un signe en particulier. A Périgueux, ces mesures semblent calmer l'inquiétude des parents même si justement ce genre d'apprentissage ludique est un risque. Pour Antoine, père d'une fille de 7 ans, il affirme que sa fille "pourrait prendre ça comme un jeu, le jour d'un vrai attentat et pas comprendre qu'il faille vraiment se taire".

Tous les élevés de 3ème devront être formés aux gestes de premiers secours. Aujourd'hui ils sont seulement 30% a avoir suivi une formation. 3 000 formateurs supplémentaires devraient venir renforcer les rangs des 7 000 déjà présents sur le terrain.

Pour cela le gouvernement va rajouter 50 000 euros supplémentaires au fond interministériel de la prévention de la délinquance, qui sera ainsi doté de 120 millions d'euros, pour aider les collectivités locales à financer ces mesures.

Avant de se réjouir, les syndicats d'enseignants périgourdins demandent quand même à voir comment tout va se mettre en place. Pour Jérémy Destenave, professeur de SVT au collège de Ribérac et membre du syndicat SNES-FSU, ces nouveaux exercices devraient être accompagnés de cours de citoyenneté. Pour lui, c'est plus efficace de déclencher des débats avec ses élèves que de faire des exercices "souvent faits avec peu de sérieux".