Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Rentrée scolaire en Franche-Comté : la tentation du privé

lundi 28 août 2017 à 6:00 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

C’est la rentrée ce lundi dans la plupart des écoles privées du Nord Franche Comté. Les effectifs sont en hausse dans la quasi-totalité des établissements d’enseignement catholique.

Retour à l’école ce lundi à l’école la Providence, établissement privé de Chèvremont
Retour à l’école ce lundi à l’école la Providence, établissement privé de Chèvremont © Radio France - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

Le cartable est prêt. La rentrée a sonné dans les écoles privées nord francs comtoises. A l'Institution Sainte Marie et Saint Joseph à Belfort, à la Providence à Chèvremont (notre photo) ou encore à l’école Saint Martin à Mandeure, les cours reprennent ce lundi. On rentre toujours plus tôt car le « privé » est resté fidèle à la semaine de quatre jours.

Effectifs en hausse : + 2%

26 000 élèves sont inscrits cette année dans le privé à la rentrée dans l'académie de Besançon. C'est 2% de plus qu'à la rentrée 2016. De plus en plus d'élèves quittent chaque année le public pour le privé. A Belfort, la fille aînée de Katia est entrée au CP à Sainte Marie l'an dernier après trois ans de maternelle dans le public. « Je suis une ancienne élève de Sainte Marie et j’ai beaucoup apprécié l’enseignement que j’ai reçu. Et j’ai voulu que ma fille bénéficie des valeurs qui sont transmises de respect notamment. L’ absentéïsme est très bien géré, il y a des solutions de remplacement très rapides » confie cette maman qui ne regrette pas son choix.

Des équipes plus à l’écoute ?

Les équipes enseignantes sont plus à l'écoute dans le privé, expliquent de nombreux parents interrogés. Et les projets pédagogiques plus intéressants. Il y a aussi le ras le bol des profs non remplacés et les grèves dans le public. Dans le privé, c'est différent si l'on en croit certains responsables d’établissements. « Les absences sont rares. Quand c’est le cas, nous prenons en charge les enfants. Nous ne les laissons jamais aux parents quand ils travaillent » explique Cécile Stafolani, directrice de l’école la Providence à Chévremont.

Le privé par commodité

Dans le privé, les parents expliquent qu’ils peuvent déposer leurs enfants plus tôt le matin ou les récupérer plus tard le soir. "Les établissements sont plus souples" confie un père de famille dont la fille fréquente les bancs du Cours Notre Dame des Anges à Belfort depuis deux ans. Le privé propose aussi un éveil à la foi dès la maternelle mais les cours de catéchisme sont dispensés en dehors du temps scolaire.

Dans le Nord Franche Comté, les établissements sont tous sous contrat d'association avec l'Etat. C'est à dire qu'ils suivent le même programme que dans le public avec des personnels payés par l'éducation nationale. Ils sont rattachés à la direction inter-diocésaine de l’enseignement catholique.

De 35 à 70 euros par mois

La grande différence avec le public, c'est le coût. Ecole, collège, lycée, il faut compter entre 35 et 70 euros par mois hors cantine scolaire. Le tarif comprend les manuels scolaires, les photocopies, l'accès à internet, la garderie de midi, l'eau, l'électricité. Car dans le privé, vous êtes comme dans la peau d'un locataire : il y a le loyer et les charges à payer. Et si ça se passe mal, c'est l'expulsion !