Éducation

Rentrée scolaire : le gouvernement veut améliorer la sécurité dans les établissements

Par Laurine Benjebria, France Bleu mercredi 10 août 2016 à 12:42

Des militaires assurent la sécurité d'une école dans le 19e arrondissement de Paris
Des militaires assurent la sécurité d'une école dans le 19e arrondissement de Paris © Maxppp - Delphine Goldsztejn

Les ministères de l'Éducation nationale et de l'Intérieur ont envoyé une nouvelle circulaire aux préfets et aux recteurs le 29 juillet dernier, rendue publique le 4 août. L'objectif de ces nouvelles instructions est d'améliorer la sécurité des écoles à la rentrée 2016.

Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve ont donné de nouvelles instructions à l'attention des préfets et des recteurs d'académie le 29 juillet en prévision de la rentrée scolaire 2016, a-t-on appris le 4 août. La circulaire prévoit notamment la formation des élèves et du personnel de direction aux premiers secours.

La sécurisation des "espaces particulièrement vulnérables"

La circulaire envoyée le 29 juillet préconise la mise en place de nombreux dispositifs pour préparer les établissements à un potentiel attentat. Directeurs d'école, inspecteurs de l'Éducation nationale, chefs d'établissements, préfets de département, recteurs d'académies... tous les acteurs locaux et nationaux sont appelés à prendre part à ce renforcement des mesures de sécurité.

Afin de prévenir d'éventuelles menaces, les ministères souhaitent que les élèves et les personnels "entrés dans un processus de radicalisation" soient suivis. Il est ainsi demandé aux préfets d'informer les inspecteurs des académies et les chefs d'établissement concernés "pour les situations les plus sensibles". Ce suivi des élèves a notamment pour but "d'examiner les conditions de scolarisation et de suivi éducatif de ces jeunes".

Les deux ministères demandent aux établissements de tenir des réunions avec les parents d'élèves pour leur exposer les mesures de sécurité. Outre la mise en place d'un référent sécurité pour chaque département, les ministères ont décidé de mettre à jour les répertoires des coordonnées téléphoniques des directeurs d'écoles, des chefs d'établissements et des inspecteurs "afin d'être en capacité de donner rapidement l'alerte et toutes les consignes nécessaires". Et le jour de la prérentrée, une alerte sera d'ailleurs diffusée par SMS afin de tester ce dispositif.

Trois exercices de sécurité seront organisés durant l'année scolaire, le premier devant avoir lieu avant les vacances de Toussaint. L'un de ces trois exercices devra par ailleurs porter uniquement sur un attentat-intrusion afin de préparer le personnel scolaire et les élèves à cette éventualité.

Former le personnel et les élèves aux premiers secours

Des "modules de formation continue" de premiers secours seront organisés pour les personnels de direction et d'inspection et les élèves seront sensibilisés aux gestes qui sauvent. La circulaire prévoit de généraliser cette sensibilisation à tous les élèves de troisième et de former les délégués de classe à la formation PSC1 (Prévention Sécurité Civique Niveau 1). Cette formation permettra aux élèves de savoir comment réagir en cas de malaise, traumatismes, perte de connaissance ou arrêt cardiaque.

"Les cellules académiques de gestion de crise devront être opérationnelles avant la prérentrée"

Il est également demandé aux préfets d'organiser "un exercice-cadre de gestion de crise avec les autorités académiques".

La problématique des moyens alloués aux établissements est soulevée

Interrogé au micro de France Bleu Gascogne, le président de la PEEP dans les Landes, François Guichard s'interroge sur les modalités de l'application de ces mesures tout en rappelant que le risque zéro n'existe pas. Le président de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public soulève alors la question des moyens financiers et matériels : "Ça me paraît bien compliqué et quels seront les moyens alloués à chaque établissement scolaire pour réaliser ces travaux de sécurisation ?".

"On ne va pas mettre des miradors au niveau des "établissements scolaires pour surveiller les allers et venues et qui vient"
François Guichard (PEEP des Landes)

"Va t-on mettre des portiques et des blocs de béton, des miradors ? !", François Guichard de la PEEP

Ces nouvelles mesures et leurs modalités seront détaillées le 24 août prochain. Elles viennent déjà s'ajouter à celles déjà prévues par les circulaires des 25 novembre, 4 décembre et 22 décembre 2015. Parmi les principales mesures prises par l'exécutif : la mise en place d'un adulte à l'entrée des établissements pour assurer l'accueil, le contrôle visuel des sacs aléatoire et de l'identité des personnes extérieures et l'interdiction du stationnement des véhicules aux abords des établissements.