Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Éducation

Rentrée Scolaire: le tiers des communes d'Indre-et-Loire reviennent à la semaine de quatre jours

dimanche 3 septembre 2017 à 20:01 Par Denis Guey, France Bleu Touraine

86 communes d'Indre-et-Loire repassent à la semaine de quatre jours. Ca concerne environ un élève sur cinq, dans notre département. Chinon et Loches sont les deux plus grosses communes à changer de rythmes scolaires et à mettre fin aux Temps d'Activités Périscolaires.

Le mercredi sans salle de classe pour les petits chinonnais au cours de cette année scolaire 2017-2018
Le mercredi sans salle de classe pour les petits chinonnais au cours de cette année scolaire 2017-2018 © Maxppp - Denis Guey

Indre-et-Loire, France

En région Centre-Val de Loire, cette rentrée scolaire va voir 35% des communes adopter la semaine de quatre jours et 65% rester à une organisation de neuf demi journées par semaine. C'est le décret gouvernemental du 28 juin dernier qui a assoupli l'organisation de la semaine scolaire en autorisant les communes à quitter le rythme des TAP, les temps d'activité péri-scolaires. La liste des villes d'Indre-et-Loire qui ont décidé de changer de rythmes scolaires dès cette rentrée a été publiée dès la mi-juillet.

En Indre et Loire, 86 communes sur 273, soit le tiers environ, ont décidé de repasser à la semaine de quatre jours. Chinon fait partie de ces 86 communes. Pour les quatre écoles chinonaises, maternelles et CP, c'est donc le retour à un nouveau rythme de travail abandonné il y a quatre ans. La décision a été rapide, elle a été prise en juillet par le conseil municipal après que chaque conseil d'école ait été consulté par la mairie. De fin juin à début juillet, un questionnaire avait été envoyé sur internet aux parents d'élèves qui se sont prononcés majoritairement pour le retour aux quatre jours. Du coup, la mairie a complètement revu son dispositif de la rentrée.

"J'ai confié à l'association CLAAP, association de loisir et culture en chinonais, le soin de renforcer son offre d'accueil des enfants le mercredi. Elle offre une journée complète ou des blocs de demi-journée, soit le matin, soit l'après-midi. Et je n'ai eu à ce jour aucun retour de parents me disant qu'ils avaient des problèmes de garde" Jean-Luc Dupont, le maire de Chinon

A la mairie, le retour à la semaine de quatre jours ce sera aussi une économie de 100 000 euros réalisée en personnel par rapport à l'année scolaire 2016-2017. De l'argent qui sera en partie réinvesti dans les écoles chinonaises, avec l'achat de visiophones notamment. Le maire envisage une programmation budgétaire pluri-annuelle pour d'autres équipements comme des rideaux ou des stores occultants.

"Je trouve que c'est très bien pour Lucas qui va passer en CM1 et qui est très fatigué en milieu de semaine. Maintenant qu'il n'a plus de TAP, il va pouvoir se reposer plus" "C'est bien aussi pour les mamans qui ont choisi de travailler à 80% comme moi pour pouvoir s'occuper de leurs enfants" deux mères de famille chinonnaises

Pour être juste, ajoutons que le retour à la semaine de quatre jours ne fait pas non plus fait l'unanimité à Chinon. Sur les six conseils d'écoles, celui de la maternelle Jacques Prévert s'est prononcé contre, certains parents estimant que la mairie a agi dans la précipitation et qu'elle aurait pu se laisser le temps de la réflexion un an de plus.Le maire répond que l'espace temps a été imposé par le décret du ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer qui a été pris au dernier moment à la fin juin.

" Les rythmes ont été changés plusieurs années de suite et là on change à nouveau. C'est exaspérant. Tout cela a été trop précipité. Des parents qui s'étaient organisés en fonction des TAP vont devoir revoir leur mode de garde" Emmanuelle Esnault, représentante des parents d'élèves au conseil de l'école Jacques Prévert