Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rentrée scolaire : quelles écoles alternatives dans la Loire ?

jeudi 30 août 2018 à 21:26 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Saint-Étienne Loire

On parle beaucoup de la rentrée de lundi mais tous les enfants n'iront pas à l'école comme les autres. Certains ont encore une semaine de vacances par exemple. Ce sont les élèves des écoles alternatives. Il y en a quatre dans la Loire.

Une école maternelle à pédagogie Montessori.
Une école maternelle à pédagogie Montessori. © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Loire, France

C'est la rentrée des profs ce vendredi. Ce sera celle des élèves lundi, mais tous les enfants ne vont pas à l'école publique ou privée. Certains parents font le choix des écoles alternatives parce qu'il y a moins de petits par classe, parce que la pédagogie est différente. Dans le jargon de l'éducation nationale, on appelle ça des écoles "hors contrat". Elles ne sont pas sous contrat avec l'Éducation Nationale. Cela veut dire qu'elles ne touchent aucune subvention de l'État. C'est elles qui payent leurs professeurs, leurs frais de fonctionnement etc. comme une entreprise privée. En contrepartie, elles sont libres de sortir complètement des programmes scolaires classiques et de choisir la pédagogie qu'elles veulent, les plus connues sont Montessori ou Freynet par exemple.

Quatre écoles alternatives dans la Loire

Il y a quatre écoles alternatives dans la Loire actuellement. L'école Montessori à la Fouillouse. Il y a peu d'enfants par classe, l'enseignement est très bienveillant mais très cher aussi. 4.600€ par an pour le premier enfant. 3.800€ l'année à partir du deuxième.

À Saint-Etienne il y a aussi l'école démocratique du bassin stéphanois. Ce sont 14 élèves de 5 à 15 ans mais aucune classe. Les enfants sont libres d'étudier ou pas, la matière qu'ils veulent quand ils veulent. Ici aucun programme mais un conseil d'école chaque semaine où toutes les voix comptent : celles des enseignants, des parents et de l'enfant.

En revanche, le Cours La Fontaine, né d'un projet qui s'appelle Espérance Banlieue suit les programmes, lui. L'établissement, installé pour l'instant dans le quartier Montreynaud va faire sa troisième rentrée le 10 septembre sous les ordres de Florian Méheut. "Nous suivons les programmes dans leur ensemble car nous aspirons à ce que nos élèves puissent réintégrer le circuit classique à tout moment, explique le directeur. L’école a vraiment pour vocation d’être implantée dans un quartier en difficulté, auprès d’une population qui peut avoir des besoins d’un enseignement adapté à l’enfant mais qui n’a pas les moyens d’aller en centre-ville ou dans le privé." Et pour cela, la scolarité au Cours La Fontaine coûte 50€ par mois. "Après, continue le directeur, en étant hors contrat, nous avons effectivement une liberté et typiquement nous suivons la pédagogie de Singapour en mathématique, on est davantage sur une pédagogie explicite plutôt qu’implicite."

Et puis enfin, à Unieux, l'école Sainte-Catherine-de-Sienne est une école privée mais hors contrat. Les 50 élèves de la moyenne section au CM2 doivent porter la blouse et l'abbé qui est aussi le directeur reconnait un enseignement très traditionaliste et stricte.

Quel encadrement de ces établissements.

Il y a donc ceux qui suivent les programmes et ceux qui font ce qu'ils veulent. Mais rassurez-vous, ils ne font pas non plus tout ce qu'ils veulent. D’abord toutes ces écoles ont toujours été obligées d'obtenir une autorisation de l'État pour ouvrir et elles sont inspectées comme n'importe quelle autre école publique ou privée. Mais une loi a été votée en avril de cette année, qui simplifie les démarches pour ouvrir une école alternative mais encadre beaucoup plus ce qu'on y fait. 

Il y a notamment beaucoup plus de motifs de refus d'ouverture qui prennent en compte la protection de l'enfant et le respect des valeurs républicaines. Pour ouvrir une école hors contrat il faut aussi être au moins européen et surtout avoir une expérience de 5 ans comme directeur, enseignant ou surveillant.

Tout manquement à ces règles peut coûter 15.000 euros d'amende et 6 mois de prison.