Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rentrée scolaire : "on va bricoler comme on peut !" pour le syndicat enseignant SE-UNSA dans la Somme

-
Par , France Bleu Picardie

A la veille d'une rentrée scolaire inédite sur fond de gestes barrières et d'épidémie de coronavirus, le secrétaire du syndicat enseignant SE-UNSA 80 Maxime Paruch parle d'un manque de moyens pour les 26 000 professeurs de l'Académie d'Amiens.

A la veille de la rentrée scolaire, le secrétaire du syndicat SE-UNSA 80 Maxime Paruch était notre invité ce lundi 31 août
A la veille de la rentrée scolaire, le secrétaire du syndicat SE-UNSA 80 Maxime Paruch était notre invité ce lundi 31 août © Radio France - Alexandre Lepère

A 24 heures d'une rentrée scolaire dans un contexte inédit avec le coronavirus, les professeurs sont prêts, mais stressés ! 

C'est ce qu'assure ce lundi 31 août sur France Bleu Picardie Maxime Paruch, le secrétaire du syndicat enseignant SE-UNSA dans la Somme.  Du stress notamment sur l'état psychologique des élèves du 2nd degré. Selon lui, beaucoup de collégiens et lycéens n'ont pas repris l'école en classe au printemps dernier à la sortie du confinement. "La coupure fait que certains élèves vont avoir plus de lacunes que les années précédentes" souligne-t-il.  

Et face à l'évolution des annonces sanitaires, l'heure n'est "pas à la sérennité". Inquiétude de _"ne pas terminer le programme scolaire__cette année"_pour Maxime Paruch, avec la perspective d'un reconfinement, local ou général, en cas d'une seconde vague de coronavirus.

Un Grenelle des enseignants qui ne séduit pas

Egalement professeur des écoles à Albert, Maxime Paruch dénonce un manque de moyens pour assurer la rentrée dans de bonnes conditions, notamment sur les masques, qui arrivent encore aujourd'hui, _"en flux tendus."On se retrouve avec un protocole "dans la mesure du possible" note Maxime Paruch. En soulignant qu'iln'y a pas "deux fois plus de locaux et d'enseignants qu'avant... On va bricoler comme on peut !"_

Dans le viseur également de Maxime Paruch, les évaluations de niveau de début d'année pour les CP, CE1 et 6e. Des évaluations "déconnectées par rapport aux attentes des enseignants".  

Annoncé ce dimanche 31 août par le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, le futur Grenelle des enseignants ne séduit pas Maxime Paruch.  "De la reconnaissance et du respect du ministre de l'éducation, on en attend depuis 3 ans.. Plus grand monde n'y croit aujourd'hui" s'agace le secrétaire SE-UNSA 80. Malgré tout, Maxime Paruch le confirme : les 26 000 professeurs de l'Académie d'Amiens (1er et 2nd degré confondus) ont quand même l'envie de reprendre avec leurs élèves... pas question de revivre l'épisode de classe à distance du printemps dernier !

Ecoutez Maxime Paruch, le secrétaire du syndicat SE-UNSA dans la Somme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess