Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Violences à la fac de droit de Montpellier

Réouverture de la fac de droit de Montpellier sous haute surveillance

mardi 3 avril 2018 à 8:26 - Mis à jour le mardi 3 avril 2018 à 10:41 Par Guillaume Roulland et Elena Louazon, France Bleu Hérault et France Bleu

La faculté de droit et de sciences politiques de Montpellier a, comme prévu, rouvert ses portes ce mardi matin. Mais sous l'étroite surveillance d'un cordon de CRS pour prévenir tout incident. Les étudiants doivent montrer patte blanche pour pénétrer dans les locaux de la fac.

La fac de droit et de sciences politiques de Montpellier a rouvert ce matin sous haute surveillance policière
La fac de droit et de sciences politiques de Montpellier a rouvert ce matin sous haute surveillance policière © Radio France - Elena Louazon

Montpellier, France

La fac de droit de Montpellier rouvre ses portes ce mardi matin. Une réouverture sous très haute surveillance policière. Six cars de CRS ont été mobilisés. L'entrée des étudiants est très réglementée : ouverture des sacs, contrôle des cartes multiservices. Le président de l'université, Philippe Augé, rappelle que les étudiants doivent impérativement se munir de ces cartes pour accéder aux locaux.  

Des élus du CHSCT, le comité d'hygiène et de sécurité, estiment que si les conditions de sécurité ne sont pas remplies, ils s'opposeront à la réouverture de la fac de droit. Une soixantaine d'étudiants, hostiles à la réouverture de la fac, ont pris place sur les marches et laissent passer les étudiants qui souhaitent assister aux cours.

L'université était fermée depuis les violences du jeudi 22 mars. Un groupe d'une dizaine de personnes a fait irruption dans un amphithéâtre de la faculté de droit de Montpellier pour en faire sortir violemment les étudiants qui occupaient la salle. Ces incidents ont notamment abouti à la mise en examen du doyen et d'un professeur.