Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : ce qui se profile pour la réouverture des écoles en Savoie et en Haute-Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Des mairies évoquent des premières pistes de réflexion, tout en admettant disposer de peu d'informations pour répondre précisément aux questions qui entourent la reprise de la vie scolaire le 11 mai.

Illustration
Illustration © Maxppp - Patrick Lefevre

Les municipalités multiplient les échanges avec les services académiques pour connaître le plus précisément les modalités de cette rentrée du 11 mai et évaluent les capacités de chaque école pour pouvoir accueillir des classes limitées à 15 élèves. Elles viennent  par ailleurs de recevoir ce jeudi matin les 64 pages du protocole sanitaire à mettre en place dans les établissements, rédigées par les services de l'Etat.

A elles d'assurer "la mise à disposition de locaux adéquats, sécurisés, et le périscolaire, l'Education nationale assurant la partie enseignement" explique le maire d'Annemasse Christian Dupessey. Il admet qu'"il reste encore beaucoup de questions, il n'y a pas eu de recette donnée par le Premier ministre". Dans certains départements, des élus refusent une rentrée scolaire le 11 mai. "Toutes les écoles seront en capacité de rouvrir" assure le maire d'Albertville Frédéric Burnier-Framboret. Quant à la mise en place... "c'est de la dentelle" comme dit le maire d'Annecy Jean-Luc Rigaut.

Annecy souhaite un rythme de deux jours de classe par semaine

Les mairies des grandes villes de Savoie et de Haute-Savoie ne se prononcent pas encore sur le rythme scolaire à adopter, et attendent de disposer d'un cadre plus précis. 

"Cela me semble plus simple (...) et c'est aussi permettre aux parents d'aller travailler" - Jean-Luc Rigaut, maire d'Annecy

Seul le maire d'Annecy Jean-Luc Rigaut annonce pour le moment sa préférence sur la question. "On préconise que ce soit un retour en classe lundi - mardi ou jeudi - vendredi", soit deux jours de suite de classe, "et non pas la moitié de temps en temps, ça me semble plus simple" estime Jean-Luc Rigaut. Qui ajoute comme les autres qu'il n'y a pas que les heures de cours à prendre en compte. "C'est aussi permettre aux parents d'aller travailler, ceux qui n'ont pas de mode de garde, en complément", des heures de service à déterminer donc pour ceux qui ne seront pas scolarisé, ce qui peut représenter le tiers voire la moitié des effectifs selon les capacités des groupes scolaires.

A Chambéry, l'adjointe à l'éducation Muriel Jeandet précise que "le rythme dépendra du nombre d'enfants" de retour sur les bancs. La mairie recense pour le moment le personnel et les enseignants disponibles.

Quels élèves doivent prioritairement retourner en classe ?

Les municipalités n'ont pas la main sur cette question. Toutefois, le maire d'Annecy préférerait que retournent d'abord à l'école "les enfants qui avaient le plus de difficultés" et "que les enfants les plus à l'aise puissent continuer en télé-enseignement. A la rentrée de septembre de toute façon ils rattraperont bien le mouvement" estime Jean-Luc Rigaut. Le maire de Chambéry, Michel Dantin, explique lui aussi préférer que la priorité soit donné aux enfants ayant des difficultés.

Aix-les-Bains veut sonder les parents d'élèves pour anticiper les effectifs

La mairie d'Aix-les-Bains compte lancer un sondage dans les prochains jours auprès des parents d'élèves pour savoir lesquels souhaitent remettre leur enfant à l'école dès le 11 mai, "ça me semble important pour bien préparer cette rentrée de savoir combien d'enfants seront inscrits" explique le maire Renaud Beretti, "sachant qu'à Aix-les-Bains, nous avons plus de 2.000 élèves".

"Cela me semble important pour bien préparer cette rentrée de savoir combien d'enfants seront inscrits" - Renaud Beretti, maire d'Aix-les-Bains

L'estimation du nombre d'enfants à prendre en charge permettra aux services aixois de mieux adapter les besoins en personnel, ou l'offre notamment de restauration. Toutefois, Renaud Beretti souhaite attendre d'avoir plus d'informations sur les modalités et les règles sanitaires imposées. "Ce sondage je l'envisage mais en étant en capacité d'apporter des réponses aux questions légitimes que se posent les parents en terme de sécurité par rapport à cette rentrée" précise l'édile.

A Chambéry, une date pour les inscriptions sera fixée suffisamment tôt pour permettre d'avoir un bonne indication sur le nombre d'enfants de retour à l'école.Le maireannonce également vouloir faire un sondage, non pas auprès des parents d'élèves mais pour ceux qui ont recours aux crèches, afin d'estimer le besoin en personnel et de savoir s'il sera possible d'accepter tout le monde ou contraint de refuser le retour de certains inscrits.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess