Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Réouverture des écoles : témoignages de parents d'élèves très dubitatifs à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Le retour progressif à l'école, sur la base du volontariat, est prévu le lundi 11 mai. Edouard Philippe, le Premier ministre, doit préciser les choses ce mardi à l'Assemblée nationale. France Bleu a échangé avec des parents d'élèves inquiets et dubitatifs à Toulouse.

Une école désinfectée en vue de la réouverture le 11 mai
Une école désinfectée en vue de la réouverture le 11 mai © Maxppp - MiKAEL ANISSET

Faut-il, ou non, renvoyer les enfants à l'école? Cette question, beaucoup de parents d'élèves se la posent depuis que le gouvernement a annoncé la réouverture des établissements le 11 mai. Voici le témoignage de deux mères de famille à Toulouse. 

Pas de retour à l'école avant plusieurs semaines

Fanny a un petit garçon en CE2 à Toulouse. Pour elle c'est tranché, son fils ne retournera pas à l'école dans les prochaines semaines. "Pour moi c'est complètement prématuré même si j'adorerais qu'il y retourne, mon garçon est hyperactif donc il a vraiment besoin de bouger et de vie sociale (...) mais ça me fait très peur, je ne vois pas comment les mesures peuvent être appliquées".

"Je ne vois pas comment les mesures peuvent être appliquées" - Fanny, une mère de famille

Fanny raconte qu'en temps normal, dans l'école de son fils, "il n'y a pas de savon aux toilettes (...)  alors comment est-ce possible pendant une épidémie?". La mère de famille ne voit pas comment les gestes barrières peuvent être appliqués aux enfants: "Mon fils, même plein de bonne volonté, va oublier ces gestes donc il faut être derrière lui tout le temps". Le port du masque n'est pas simple non plus selon elle : "Il l'enlève pour parler ou parce qu'il a trop chaud donc ça va être très compliqué pour le corps enseignant de faire respecter ça aux enfants".

Pour toutes ces raisons, Karine n'enverra pas son enfant à l'école dans les prochaines semaines : "Je ne sais pas quand est-ce que j'aurai suffisamment confiance pour remettre mon enfant sur le chemin de l'école".

TÉMOIGNAGE - Fanny ne renverra pas tout de suite son fils à l'école

Peut-être, si la sécurité des enfants est assurée

Karine est moins catégorique. Elle a deux enfants scolarisés à Toulouse, en CE2 et 6e. Il y a encore quelques semaines, elle n'envisageait pas de les renvoyer à l'école mais aujourd'hui elle se pose des questions : " Au départ j'étais très inquiète et j'ai refusé en bloc, je me suis dit que j'allais pas renvoyer ce que j'ai de plus cher sur le front. Petit à petit on se rend compte qu'il y a des mesures qui vont être prises".

"J'ai des masques à la maison mais ils n'arrivent pas à les mettre plus de dix minutes"  - Karine, une mère de famille

Ses enfants pourront retourner à l'école si leur sécurité est assurée dit-elle  : "Si il y a dix élèves par classe, si on les reprend pour qu'ils ne mangent pas à la cantine". En revanche, le port du masque recommandé par le Conseil scientifique dans les collèges et lycées lui semble quasi-impossible : "J'ai des masques à la maison mais ils n'arrivent pas à les mettre plus de dix minutes", raconte-t'elle.

REPORTAGE - Karine et sa fille Ava

Choix de la station

À venir dansDanssecondess