Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Quand la rectrice de l'académie de Limoges fait le service après-vente de la réforme du baccalauréat

mardi 26 mars 2019 à 17:03 Par Germain Treille, France Bleu Limousin

La rectrice de l'académie de Limoges, Christine Gavini-Chevet, a passé une heure dans une salle de seconde du lycée Auguste Renoir ce mardi 26 mars. Un temps d'échanges pour lever les inquiétudes. La nouvelle mouture du Bac sera mise en place dans deux ans.

Photo d'Illustration salle de classe d'un lycée à Limoges
Photo d'Illustration salle de classe d'un lycée à Limoges © Radio France

Limoges, France

Le nouveau Bac reposera sur un contrôle continu, des épreuves finales et un grand oral. Terminées la dizaine d'épreuves à passer ! Les élèves choisiront leurs spécialités en fonction de leurs envies, de leurs aptitudes et compétences : maths, physique, économie, langues, histoire-géo, littérature, philosophie. 

Antoine sait ce qu'il veut ou presque : "moi j'ai déjà choisi mes spécialités pour me tourner vers l'enseignement du sport. Mais, après si j'ai envie de changer, je ne pourrai pas. J'ai peur que mes goûts changent". 

Se faire plaisir, c'est le principal message délivré aux élèves de seconde que la rectrice Christine Gavini-Chevet a rencontrées : "dans leur choix, il faut qu'ils choisissent des spécialités dans lesquelles ils sont solides et qu'il aiment. Se faire plaisir, c'est la clé de la réussite". 

Bûcher sur des matières qu'on apprécie, c'est bien. Encore faut-il, à 15 ans, avoir les idées claires et ça coince chez Romane : "on ne sait pas très bien ce qu'on doit prendre et on se demande si on va réussir dans les matières choisies. C'est un peu tôt pour choisir. On nous dit de prendre les maths car ça ouvre des portes et si on ne prend pas maths ça va en fermer d'autres. Avoir les maths dans le tronc commun ça aurait été mieux". 

Les syndicats enseignants dénoncent la réforme du Bac, redoutant que les spécialités choisies au lycée ne soient pas celles demandées dans les dossiers d"inscriptions universitaires. Une manifestation est prévue samedi matin, 30 mars, à Limoges contre, plus globalement, l'ensemble des mesures du projet de loi "Pour une école de la confiance", votée à l'Assemblée Nationale en février. Le Sénat examinera le texte en mai.