Éducation

Réserve citoyenne : un photoreporter bourguignon s'engage

Par Valentine Joubin, France Bleu Bourgogne mercredi 6 janvier 2016 à 19:48

Le photoreporter Jacques Revon, réserviste citoyen
Le photoreporter Jacques Revon, réserviste citoyen - Valentine Joubin

Après l'attentat de Charlie Hebdo, le ministère de l'Education nationale avait lancé une réserve citoyenne. Des bénévoles prêt à défendre les valeurs de la République dans les classes. Portrait de Jacques Revon,photoreporter et réserviste impatient.

C'était une des mesures phares annoncées par le gouvernement après les attentats de janvier 2015 : la réserve citoyenne. Des bénévoles, issus de tous les milieux et toutes les professions, prêts à défendre les valeurs de la République dans les classes. Des militants du fameux "mieux vivre ensemble" en quelque sorte. Plus de 5.000 réservistes ont été sélectionnés par l'Education nationale. Parmi eux, Jacques Revon, photoreporter et ancien cameraman de France 3 Bourgogne. Dans les années 90, il a créé et animé "Vecteur jeunes", une émission de débat avec des lycéens. Après les attentas de Charlie, il a senti qu'il pouvait à nouveau être utile. "

"Plus d'un an après les événements, on a toujours rien fait!"

"J'étais au stade de France le 13 novembre. Je pourrais en parler"

Le dossier de Jacques Revon a été validé en juin dernier. Et depuis, plus rien ou presque. Le journaliste, qui vit à Daix, près de Dijon, a été convoqué à une réunion au Rectorat de Bourgogne le 19 janvier. Le réserviste ne cache pas son impatience, "C'est un petit gâchis, pendant un an on a rien fait". Depuis, il y a eu les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis et Jacques Revon est encore plus frustré : "J'étais au stade de France ce jour-là. Je me suis fais mon expérience d'un mouvement de panique. Je pourrais en parler".