Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Résultats du baccalauréat dans un contexte particulier en Seine-Maritime et dans l'Eure

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les résultats du baccalauréat, toujours un moment stressant. D'autant plus cette année, dans un contexte de conflit entre certains professeurs et le gouvernement. En Seine-Maritime et dans l'Eure, comme partout en France, les candidats ont finalement tous eu leurs résultats vendredi matin.

Environ 15.000 élèves ont passé le bac en Seine-Maritime, 6000 dans l'Eure
Environ 15.000 élèves ont passé le bac en Seine-Maritime, 6000 dans l'Eure © Radio France - Adrien Beria

Haute-Normandie, France

"Tu l'as? Tu l'as pas?" "Yes ! Enfin !". Des cris de joie, des larmes, des embrassades, des "âllo mamie, oui, je l'ai eu yeaaaaaah". Libérés, délivrés les candidats au baccalauréat. Fin du suspense pour les 15.000 élèves qui le passaient en Seine-Maritime, et les 6000 dans l'Eure. Les résultats sont sortis vendredi 5 juillet. 

Une édition 2019 marquée par un conflit entre le gouvernement et certains professeurs, grévistes contre la réforme du lycée, qui ont refusé de rendre les copies qu'ils devaient corriger. 

Dans l'Académie de Rouen, l'une des plus touchées en France, environ 3000 copies n'ont pas été rendues. Solution : remplacer la note de l'épreuve par une note provisoire, basée sur le contrôle continu. Tous les élèves ont donc eu un résultat vendredi matin

Des élèves dénoncent une solution inégalitaire 

Pour certains, cette solution du contrôle continu s'est révélée favorable. Abram, élève de Terminale S au lycée Jeanne d'Arc de Rouen, a eu une note provisoire en mathématiques. Il pensait avoir raté l'épreuve, mais il obtient donc 15, grâce à sa note de contrôle continu ... et décroche la mention "très bien". Ce n'est pas le cas de son amie, qui rate la mention, avec sa note "normale", obtenue lors de l'épreuve.  

"C'est vraiment super inégalitaire. Le bac perd tout son caractère national et égalitaire", déplore Abram, néo-bachelier rouennais. 

Abram estime avoir eu la mention "très bien" grâce à une note provisoire  - Radio France
Abram estime avoir eu la mention "très bien" grâce à une note provisoire © Radio France - Adrien Beria

Les parents d'élèves sont également remontés contre la situation. La fille de Claire a finalement eu le bac, après des semaines "très stressantes". "Je suis énervée contre le ministre, contre les professeurs, je suis énervée que personne n'ait voulu discuter", déplore-t-elle. 

"Les professeurs ont agi seuls, sans demander l'avis des parents. Peut-être qu'on aurait été d'accord avec eux et (...) qu'on aurait trouvé une autre solution" - Claire, parent d'élève en colère contre la tournure des événements 

Pour la rectrice, tout est bien qui finit bien 

La rectrice de Normandie, Christine Gavini-Chevet, est venue au lycée Jeanne d'Arc de Rouen - l'un des centres d'examens les plus touchés dans l'académie par la grève des professeurs, avec 60 copies manquantes. C'est elle qui a, symboliquement, accroché la dernière liste des résultats. 

"Soulagée et très heureuse de voir tous ces élèves en joie", elle assure que les jurys ont toujours décidé "au bénéfice des élèves" en attribuant les notes provisoires. 

"Ça été un travail très important du rectorat, des centres d'examens, des inspecteurs qui ont participé aux jurys. Je les remercie et je les félicite, parce qu'ils ont travaillé très vite et très bien" - Christine Gavini-Chevet, rectrice de Normandie

Pour autant, la mobilisation des professeurs n'est pas terminée. Le SNES (Syndicat national des enseignements de second degré) appelle à un rassemblement à 15 heures, vendredi 5 juillet, devant le rectorat à Rouen.