Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Retour à l'école : "S'il n'y a pas les moyens de protection, ça ne sert à rien de rouvrir" selon FO en Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Le ministre de l'éducation nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué un retour à l'école à partir du 11 mai étalé sur trois semaines par niveaux de classe. Le syndicat Force Ouvrière en Mayenne estime que la relance de l'économie se fait au détriment de la santé publique.

Illustration
Illustration

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation nationale, a détaillé mardi 21 avril les modalités d'un retour progressif à l'école à partir du 11 mai, date fixée pour le déconfinement. 

  • La semaine du 11 mai : les élèves de grande section, de CP et de CM2 retourneront en classe par groupe de quinze au maximum, mais pas dès le lundi, qui sera réservé à une prérentrée des enseignants.
  • La semaine du 18 mai : ce sont les élèves de 6e et de 3e pour le collège et de 1re et de terminale pour le lycée qui reprendront les cours. Les élèves de lycées professionnels, quant à eux, commenceront immédiatement par les ateliers industriels.
  • La semaine du 25 mai : c’est l’ensemble des classes qui rouvriront, toujours avec un plafond de quinze élèves par classe.

S'il n'y a pas les moyens de protection, ça ne sert à rien de rouvrir les écoles.

Un retour progressif à l'école qui se fait au détriment de la santé publique dénonce Sébastien Lardeux, le secrétaire départemental FO en Mayenne : "Le gouvernement fait allégeance au Medef et à la finance. L'objectif est avant tout de remettre tout le monde au travail. Peu importe les risques. Mais on ne sait pas vraiment comment ça va être organisé. Des demi-classes ? Plus d'instituteurs et d'institutrices ? On ne connait pas les moyens de protection que l'on va donner au personnel. Et si on ouvre les écoles, on ouvre les cantines, on ouvre les transports scolaires. Il y a beaucoup de flou. On n'est pas du tout prêt à la réouverture des écoles sans avoir des garanties de protection pour l'ensemble des employés".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess