Éducation

Retour à la semaine de quatre jours : plusieurs communes des Vosges et de Meurthe-et-Moselle franchissent le pas

Par Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine lundi 17 juillet 2017 à 6:50

Plusieurs communes ont décidé de revenir à la semaine de quatre jours
Plusieurs communes ont décidé de revenir à la semaine de quatre jours © Maxppp - Maxppp

Revenir à la semaine de quatre jours ou non? C'est le casse-tête des communes depuis que le gouvernement leur laisse le choix. En Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges, les demandes s'accumulent sur les bureaux des inspecteurs d'académie qui devront trancher en dernier ressort.

En Meurthe-et-Moselle, près d'un tiers des communes (26% soit 164 écoles sur les 618 que compte le département) ont décidé de revenir à la semaine de quatre jours dès la rentrée prochaine. Dans les Vosges, pour l'instant, 51 communes comme Bruyères, Coussey ou encore Mirecourt ont été autorisées à supprimer l'école le mercredi.

Les fédérations de parents d'élèves dénoncent une décision précipitée et qui ne prend pas en compte l'intérêt de l'enfant.

A aucun moment, il n'est question de l'intérêt de l'enfant", Paul Raoult de la FCPE 88

Paul Raoult, président de la FCPE des Vosges relativise le nombre de communes qui ont décidé de faire la bascule « Aujourd’hui, seules 51 communes sur 236 ont fait cette démarche de revenir à la semaine de quatre jours. Je peux tout à fait comprendre que pour une commune, chauffer une école quatre jours plutôt que cinq, c’est plus économique, je peux également comprendre que des enseignants préfèrent organiser leur semaine sur quatre jours plutôt que cinq, mais dans tous les cas, ce sont des décisions d’adultes qui regardent d’abord leurs intérêts d’adultes et à aucun moment il n’est question de l’intérêt de l’enfant »

la semaine de 4 jours : quel intéret pour l'enfant? s'interroge Paul Raoult de la FCPE Vosges - Maxppp
la semaine de 4 jours : quel intéret pour l'enfant? s'interroge Paul Raoult de la FCPE Vosges © Maxppp - Maxppp

En Meurthe et Moselle, le mouvement semble plus massif encore : 26% des écoles reviendront à la semaine de quatre jours au mois de septembre, il s’agit pour la plupart de petites communes, à l’exception de Villers-les-Nancy (14 000 habitants).

C'est du bricolage", Henri Poirson, maire de Dieulouard

D’autres, comme Dieulouard, ont décidé de ne pas se précipiter. Henri Poirson, le maire de la commune ne cache d’ailleurs pas sa colère : "J’ai l’impression qu’à chaque changement de gouvernement, les ministres de l’éducation rivalisent pour laisser leur empreinte dans l’histoire, mais ce retour aux quatre jours, c’est du bricolage. Que vais-je faire des animateurs que j’ai embauché pour les activités périscolaires, je ne vais certainement pas les virer ! Et puis aucune évaluation n’a été faite du dispositif actuel. Attendons au moins qu’un cycle se termine pour dresser les points positifs et négatifs. Moi, je ne me précipiterai pas, si changement, il doit y avoir, cela se fera dans la concertation."

A Errouville, dans le Pays Haut, le maire Roger Faust est bien embêté : les parents d’élèves ont voté pour un retour à la semaine de quatre jours, alors que les enseignants, eux ont dit non. "C’est un vrai casse-tête", explique l’édile, "le dossier est sur le bureau du directeur académique, c’est lui qui tranchera".

En maternelle, les enfants seraient plus fatigués - Maxppp
En maternelle, les enfants seraient plus fatigués © Maxppp - Maxppp

Nous avons décidé de ne pas nous précipiter", Magali Clément Dilmann, adjoint aux affaires scolaires à Liverdun

Autre exemple, celui de Liverdun, environ 6000 habitants."Quand on a entendu toutes les autres communes autour de nous dire qu’elles souhaitaient revenir à la semaine de quatre jours, nous avons décidé de ne pas nous précipiter ", explique l’adjointe au maire en charge des affaires scolaires Magali Clément Dillmann. "Nous fonctionnons depuis trois ans avec un comité de pilotage qui regroupe les enseignants, les parents, jeunesse et sports et la municipalité, et nous nous sommes donc dit : attendons ! Ce ne sera donc pas pour la prochaine rentrée, mais si nous devions changer, nous distinguerons l’école maternelle de l’école élémentaire".

En maternelle, il est vrai que les enfants sont fatigués avec des semaines de quatre jours et demi, alors qu’en élémentaire, les activités périscolaires apportent beaucoup aux enfants. L’idéal pour nous, si cela est possible, serait de revenir à quatre jours pour les maternelles et garder le dispositif actuel pour les élémentaires »

Le directeur académique aura sans doute du pain sur la planche à sa rentrée de vacances. C’est lui qui tranchera en dernier ressort.