Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Témoignage France Bleu Paris : deux mois après, une prof du collège Elsa Triolet à Saint-Denis revient sur son agression

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Début avril, des jeunes avaient fait irruption dans le collège Elsa Triolet de Saint-Denis, avant de menacer une enseignante avec un pistolet à billes. Deux mois plus tard, la jeune femme accepte pour la première fois, de témoigner sur France Bleu Paris

Le collège Elsa Triolet de Saint-Denis
Le collège Elsa Triolet de Saint-Denis

À quelques jours de la fin de l'année scolaire, il est temps de faire le bilan au collège Elsa Triolet de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Et celui des enseignants est très inquiétant.

Agressée en salle de cours

Ils se sont habitués aux épisodes de violences verbales et physiques mais celui qui aura fait la Une des médias, c'est ce 11 avril 2019. Un groupe de jeunes fait irruption dans l'établissement, puis dans la classe de Marie (prénom modifié) et braque la professeure avec un pistolet à billes, devant ses élèves. 

Ce jour-là, elle n'est pas blessé mais cette scène, la jeune femme ne l'oubliera sans doute jamais. Psychologiquement, c'est de plus en plus dur pour elle. Mais pour les collègues aussi car _"tout prof à Elsa Triolet vous dira qu'un jour il a été confronté à ces violences"_, explique Marie.

Partir ou rester ?

Tant que les moyens nécessaires "humains" et "matériels" ne seront pas mis sur la table, ça ne changera pas, répète l'enseignante. Elle l'avoue, il y a des jours, elle n'a plus la force de se défendre quand les insultes deviennent quotidiennes, quand "un élève énerve sort en claquant la porte", "c'est notre quotidien".

Alors, Marie, pense de plus en plus à quitter le collège Elsa Triolet, comme beaucoup d'autres. Certains ne veulent pas abandonner leurs élèves qui sont tout autant victimes de ces violences et ceux là sont majoritaires dans l'établissement, rappelle un collègue de Marie.

Sentiment d'abandon

Mardi, plusieurs professeurs de l'établissement se sont mis en grève pour protester contre les nouvelles menaces subies par un collègue la semaine dernière alors qu'il rentrait chez lui. Ils se sont également rassemblées devant la DSDEN (la direction des services départementaux de l'Éducation nationale) pour rappeler qu'ils attendent de réelles solutions

Ils ont finalement obtenu un poste d'APS (assistant de prévention et de sécurité) à la rentrée. Mais ce sera loin d'être suffisant pour remonter le moral de Marie :_"On a vraiment l'impression d'être seuls_, abandonnés dans notre combat que ce soit les profs, les CPE, tout le personnel".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess