Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Risque d'effondrement de l'école Roland de Reims : la solidarité s'est organisée pour déménager les classes

samedi 3 novembre 2018 à 12:09 Par Nicolas Fillon, France Bleu Champagne-Ardenne

L'école catholique Nicolas Roland de Reims sera fermée pour de nombreux mois après la découverte d'un risque d’effondrement. Enseignants, personnels de l'école et parents d'élèves ont relevé les manches pour déménager les classes en attendant le transfert du groupe scolaire.

Enseignants, personnels de l'établissement mais aussi parents d'élèves aident à déménager les classes de l'école Nicolas Roland, fermée pour plusieurs mois pour risque d'effondrement.
Enseignants, personnels de l'établissement mais aussi parents d'élèves aident à déménager les classes de l'école Nicolas Roland, fermée pour plusieurs mois pour risque d'effondrement. © Radio France - Nicolas Fillon

Reims, France

L'école catholique Nicolas Roland de Reims fermé jusqu'à la fin de l'année scolaire ! C'est ce que révèle le chef de l'établissement privé, Charles-Emmanuel Signe. La raison ? Un risque d'effondrement, découvert fin octobre. Pourtant, lorsqu'on se balade dans la cour de l'école ce vendredi 2 novembre, rien ne laisse présager un quelconque délabrement ou écroulement de l'ensemble, qui date des années 60. On remarque à peine les raccords de goudron qui cachent deux grands trous, soit le passage des fouilles archéologiques préventives qui ont révélé ce fameux risque d'effondrement. Des fouilles liées à un projet de rénovation voire de reconstruction de l'école.

"Les archéologues ont trouvé des départs de galeries, des cavités, ainsi que des crayères, comme dans beaucoup de terrains de ce secteur de Reims, explique Charles-Emmanuel Signe. Les cavités ne sont pas complètement comblées, et il y a donc un risque très minime, mais qu'on ne peut pas négliger, d'effondrement. La rentrée a ainsi été décalée de deux jours et s'effectuera jeudi 8 novembre. Nous avons appliqué le principe de précaution. Sachant ce qu'il y avait sous le sol, on ne pouvait plus se permettre d'accueillir des enfants dans des conditions qui potentiellement auraient été dangereuses. Nous allons trouver une solution d'accueil de nos élèves et du personnel qui soit viable et sereine."

L'école Nicolas Roland fermée jusqu'à la fin de l'année scolaire

La maternelle et l'élémentaire (six classes au total) vont donc être transférées ailleurs. Où exactement ? On ne le sait pas encore, mais Charles-Emmanuel Signe indique que "deux pistes très sérieuses" sont envisagées, "en particulier la maison diocésaine Saint-Sixte", située à dix minutes à pied de l'école Nicolas Roland. Celle-ci devrait être fermée "jusqu'à la fin de l'année scolaire", explique le chef d'établissement, qui ajoute que "d'autres solutions sont à l'étude" pour la rentrée 2019 mais qu'il est "trop tôt pour en parler". De quoi remettre en cause la rénovation à terme de l'école ? Impossible de le dire.

Ces deux plaques de goudron dans la cour de l'école Nicolas Roland cachent les trous réalisés dans le cadre des fouilles archéologiques qui ont révélé le risque d'effondrement du groupe scolaire. - Radio France
Ces deux plaques de goudron dans la cour de l'école Nicolas Roland cachent les trous réalisés dans le cadre des fouilles archéologiques qui ont révélé le risque d'effondrement du groupe scolaire. © Radio France - Nicolas Fillon

Pour répondre à toutes les questions que les parents pourraient se poser et pour annoncer la solution définitive qui sera prise quant au lieu qui accueillera les 148 élèves jusqu'à la fin de l'année, une réunion d'information se tiendra ce lundi 5 novembre à la maison diocésaine Saint-Sixte, à 19h30. Des parents qui savent déjà que ce jour-là ainsi que le mardi 6 novembre, les enfants sont invités à rester chez eux, bien qu'un accueil, une cantine et une garderie du soir pourront être assurés exceptionnellement, toujours à la maison diocésaine Saint-Sixte.

Solidarité pour déménager

En attendant, enseignants, personnels de l'établissement mais aussi parents d'élèves, actuels et même anciens, étaient mobilisés à l'école vendredi 2 novembre pour emballer tout le matériel scolaire dans des cartons en attendant de connaître leur future destination. Dans les salles de classe, c'est le branle-bas de combat. Tout doit être enlevé et prêt pour la rentrée du jeudi même si on ne sait pas encore où elle s'effectuera.

Thierry, parent d'élève, s'active avec son scotch pour fermer les cartons remplis de livres. "J'aide la maîtresse à déménager l'école, souffle-t-il. J'ai appris la nouvelle il y a deux jours, au travail, et je l'ai un peu vécu comme un choc, ça m'a perturbé." De repos ce vendredi 2 novembre, il en a profité pour "filer un coup de main".  Son enfant, en deuxième année de maternelle, découvrait cette année l'école Nicolas Roland. Il n'y sera resté que deux mois à peine.

"On a un petit peu la larme à l’œil"  — Nelly, aide maternelle à l'école Nicolas Roland

"On est content d'aider quand même, poursuit le papa. Du coup, on a rangé toutes les affaires dans des cartons, qui devraient partir lundi, je pense. La réunion, c'est ma femme qui ira. On ne sait pas où on sera, on n'a pas eu d'information précise. En tout cas, ça fait mal au cœur. Les enfants s'étaient bien acclimatés à l'école."

Certaines salles de classe de l'école Nicolas Roland sonnent creux après le déménagement. - Radio France
Certaines salles de classe de l'école Nicolas Roland sonnent creux après le déménagement. © Radio France - Nicolas Fillon

Il n'y a pas que Thierry qui a de la peine. Dans la salle d'a côté, Nelly, une aide maternelle qui travaille à Nicolas Roland depuis 17 ans. Pas facile de faire les cartons et de peut-être dire adieu à cette école où rejaillissent de nombreux souvenirs. "Ma fille a été scolarisée ici, donc ça fait près de 30 ans que je connais les lieux, soupire-t-elle. C'est dur, c'est bizarre, on a un petit peu la larme à l’œil. De toute façon, l'école devait être rénovée, c'est sûr. On s'y attendait. Mais là, ça a été un peu rapide, précipité même ! Là, on est en train de tout vider, de tout emballer, pour aller dans nos nouveaux locaux, mais je ne sais pas encore où on sera."