Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rouillon : le lycée de la Germinière aimerait garder ses employés aidés

lundi 27 novembre 2017 à 17:08 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine

Le personnel du lycée agricole de Rouillon s'inquiète du non-renouvellement de ses emplois aidés. 4 agents d'entretien, de restauration et de vie scolaire pourraient perdre leur travail au cours de l'année prochaine.

Une partie des enseignants et du personnel administratif du lycée se mobilise pour sauver les emplois aidés du lycée
Une partie des enseignants et du personnel administratif du lycée se mobilise pour sauver les emplois aidés du lycée © Radio France - Yann Lastennet

Rouillon, Sarthe, France

Le personnel de lycée agricole La Germinière à Rouillon est inquiet. 4 emplois aidés pourraient disparaître d'ici la fin de l'année scolaire. 4 personnes qui s'occupent du ménage, de l'entretien des locaux, de la restauration et de la vie scolaire. Pour l'instant, ces 4 salariés n'ont aucune perspective d'avenir alors le personnel éducatif comme administratif se bat pour conserver au moins une partie de ces postes. Le non renouvellement de leurs contrats aurait selon eux un impact sur la vie et l'organisation du Lycée. "Ces emplois aidés assurent des missions qui sont pérennes" explique Thierry Nouchy, enseignant documentaliste et représentant du personnel (SNETAP-FSU). "Si ils disparaissent, il y aura sans doute moins d'entretien, moins de ménage. On ne sait pas comment on va faire à la cantine car il y a chaque jour 600 repas à servir. Depuis que les personnels ATHOS (personnels administratifs, techniciens, ouvriers, de service et de santé) financés par l'Etat, sont devenus des personnels de la fonction publique territoriale embauchés par le Conseil régional, on se trouve en sous-dotation permanente".

Thierry Nouchy, enseignant documentaliste et représentant au conseil d'établissement, craint que la disparition de ces emplois aidés impacte le fonctionnement du lycée.

900 élèves et apprentis, 600 repas servis à la cantine

"C'est sûr que cela présenterait des problèmes d'organisation" ajoute Isabelle Couturier, une autre enseignante. "Et puis il y a ces 4 personnes qui risquent de perdre leur travail. Des personnes qui vivent dans la précarité et qui n'ont aucune perspective. La porte n'est pas fermée car le Conseil régional a dit qu'il étudierait chaque dossier, au cas par cas. La Région envisage aussi de créer 2 emplois pérennes, d'agent des lycées. On aimerait bien qu'ils soient destinés à ces personnes qui, du coup, se retrouveraient sans travail. Mais pour l'instant, nous n'avons aucune garantie".

Isabelle Couturier, enseignante, s'émeut de la situation de ces 4 personnes qui pourraient perdre leur poste au cours de l'an prochain

L'un des contrats aidés s'arrête en janvier, les autres en février et en mai. Pour l'instant, il ne sont pas renouvelés. Le Conseil régional qui finance 3 de ces 4 emplois aidés, envisage de les remplacer par 2 postes d'agent des lycées mais rien n'est encore acté. Une réunion est prévue le 14 décembre entre les directeurs des lycées agricoles publics des Pays de la Loire et la Région.