Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rythmes scolaires : à Saint-Jean-de-la-Ruelle, bras de fer entre parents et mairie

lundi 4 juin 2018 à 5:00 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

Quatre jours d'école ou quatre jours et demi ? À Saint-Jean-de-la-Ruelle les parents d'élèves optent pour la première option contrairement à la mairie. C'est l'inspection académique du Loiret qui tranchera.

 Dans la métropole d'Orléans seules les communes de Semoy et Saint-Jean-de-la-Ruelle souhaitent rester à quatre jours et demi d'école.
Dans la métropole d'Orléans seules les communes de Semoy et Saint-Jean-de-la-Ruelle souhaitent rester à quatre jours et demi d'école. © Maxppp - François Destoc

Saint-Jean-de-la-Ruelle, France

Le début des grandes vacances, c'est dans un peu plus d'un mois pour les écoliers français. Mais la prochaine rentrée se prépare dès maintenant. Et s'il y a une question à laquelle les habitants de Saint-Jean-de-la-Ruelle n'ont pas encore de réponse, c'est celle du nombre de jours d'école par semaine.

Dans le Loiret, la grande majorité des communes souhaitent revenir à l'ancienne formule : où le mercredi matin n'est pas travaillé. Dans la métropole d'Orléans, seules deux municipalités veulent conserver cette demi-journée  : il s'agit de Semoy et de Saint-Jean-de-la-Ruelle. La décision finale sera de toute façon prise par l'inspection académique.

Une majorité de conseils d'école en faveur du retour à quatre jours

À Saint-Jean-de-la-Ruelle, la plupart des parents aimeraient abandonner le mercredi. Sur douze conseils d'école (des instances composées de personnels de l'école et de représentants des parents d'élèves), onze vont dans ce sens.

Anne-Michelle Gasnot est représentante des parents d'élèves, son fils est scolarisé à l'école Jean Moulin. Et elle l'assure, le mercredi matin épuise les enfants : "Notre but c'est le bien-être de nos enfants. Et aujourd'hui on le voit bien : ils ont besoin de se reposer, ils sont fatigués ! Les instituteurs nous disent qu'ils ne peuvent plus leur enseigner de nouvelles notions le jeudi et le vendredi."

"Les apprentissages se font aussi à l'extérieur de l'école "

Cette mère de famille pointe aussi du doigt l'importance des activités extra-scolaires : "Les apprentissages se font aussi à l'extérieur de l'école : avec la musique, le théâtre ou le sport. Des activités qui ne peuvent plus se faire le mercredi matin."

"Nos enfants ont besoin de se reposer !" Anne-Michelle Gasnot, représentante des parents d'élèves

De son côté, le maire PS de Saint-Jean-de-la-Ruelle, Christophe Chaillou estime que l’argument de la fatigue ne tient pas vraiment : "Lorsqu'il y avait l'école sur quatre jours, les enfants devaient quand même se lever le mercredi matin. Pour aller au centre de loisirs ou chez les grands-parents. La fatigue doit être appréhendée plus globalement : je constate que les enfants passent du temps sur le portable et se couchent tard."

Parents, élèves et mairie seront fixés le 20 juin

Pour le maire, quatre jours et demi d'école, c'est bien : "On estime qu'avoir cinq matinées d'école c'est important car c'est le matin que les enfants apprennent le mieux. J'entends qu'il y a sans doute des aménagements à faire, notamment en maternel. On va travailler dessus, je ne suis pas complètement sourd à ce qu'il se dit."

"Il y a sans doute des aménagements à faire, je ne suis pas complètement sourd à ce qu'il se dit." - Christophe Chaillou, maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle

Quatre jours ou quatre jours et demi, la décision de l'inspection académique est attendue le 20 juin.