Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rythmes scolaires : Bordeaux décide de revenir à la semaine de quatre jours

lundi 8 janvier 2018 à 17:24 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Alain Juppé, le maire de Bordeaux, a annoncé ce lundi que les 103 écoles publiques de sa ville reviendraient à la semaine des quatre jours à la prochaine rentrée de septembre.

Les enfants bordelais ne travailleront plus le mercredi à la rentrée 2018.
Les enfants bordelais ne travailleront plus le mercredi à la rentrée 2018. © Radio France

Alain Juppé avait promis de s'exprimer "en début d'année 2018" au sujet des rythmes scolaires. Il l'a fait ce lundi en compagnie de son adjointe à l'éducation Emmanuelle Cuny. 

Familles et conseils d'écoles favorables au retour à quatre jours

Deux consultations ont été lancées par la Mairie de Bordeaux. Une auprès des familles lors de laquelle près de "6000 d'entre elles ont souhaité le retour à quatre jours", selon le Maire de Bordeaux, soit 60%. Les conseils d'écoles ont également été sollicités : 80% d'entre eux se sont aussi prononcés en faveur du rétablissement de la semaine de quatre jours. 

La Municipalité bordelaise va donc demander une dérogation au Directeur académique des services de l'éducation nationale (Dasen) pour que ses 103 écoles publiques qui accueillent 16 920 élèves reviennent à l'ancien rythme scolaire. 

Cette décision n'est pas un choix économique.

"Les familles constataient une plus grande fatigue chez leurs enfants après le passage de la réforme [...] il n'y avait pas non plus d'évolution dans l'apprentissage selon les consultations menées", a ajouté Emmanuelle Cuny.  

Ouverture de nouveaux centres de loisirs

Alain Juppé assure que cette décision n’a pas été motivée par des raisons économiques. "Cette réforme a coûté plus de trois millions d’euros, si on défalque l’aide de l’Etat, il nous reste 2,9 millions d’euros. Cette somme va être principalement utilisée pour ouvrir des centres de loisirs et accueillir les enfants qui ne peuvent pas être gardés à la maison."  

La nouvelle disposition sera effective à la rentrée scolaire 2018/2019, en septembre prochain. La  municipalité a six mois pour mettre en place les modalités de cette nouvelle disposition. Et notamment le "redéploiement des animateurs chargés de l’accueil des enfants pendant le périscolaire", a conclu le maire de Bordeaux.

Louis Tellier