Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rythmes scolaires : la commune de San Niculau-Muriani fait de la résistance

jeudi 31 août 2017 à 11:16 Par Patrick Vinciguerra et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Si la très grande majorité des communes de Corse, à l'image d'Ajaccio et de Bastia, ont décidé de revenir à la semaine des quatre jours, certaines ne s'y résolvent pas. C'est le cas de Munticellu en Balagne, ou encore de San Niculau en plaine orientale.

La commune de San Niculau-Muriani veut conserver les activités périscolaires
La commune de San Niculau-Muriani veut conserver les activités périscolaires

Corse, France

Les rythmes scolaires : retour à la semaine des 4 jours ou semaine des 4 jours et demi avec des activités périscolaires à la clé ? Dans l'académie de Corse, la question a été tranché en faveur de la première solution. 96 % des écoles ont décidé d'en finir avec la réforme mise sur les rails en 2013 par Vincent Peillon. Parmi les rares communes qui résistent, elles ne sont que 3 : Urtiporiu, Munticellu... et donc San Niculau, en plaine orientale. La municipalité a décidé de maintenir la semaine de 4 jours et demi. Et ce malgré un sondage dans lequel les parents d'élèves et les enseignants se sont, à une large majorité, prononcés contre ce choix.

D'où la colère des parents d'élèves. Philippe Guazzelli a le sentiment de ne pas être entendu...

Philippe Guazzelli, un parent d'élèves en colère

Pour la municipalité, parents d'élèves et enseignants font fausse route

De son côté, la municipalité de San Niculau estime que les parents d'élèves et les enseignants n'ont pas analysé avec justesse le fond du problème. "La fin de la semaine des 4 jours entraînerait la disparition des activités périscolaires", affirme Brigitte Jégu, l'adjointe au maire déléguée aux affaires scolaires.

Brigitte Jégu, l'adjointe au maire de San Niculau, déléguée aux affaires scolaires

Face à ces désaccords, l'Inspecteur d'académie de Haute-Corse a tranché pour le maintien de la semine de 4 jours et demi et des activités périscolaires. La rentrée s'annonce musclée, les associations de parents d'élèves ne comptant pas en rester là.