Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rythmes scolaires : à Villeparisis, le retour à la semaine de quatre jours était attendu

mardi 29 août 2017 à 5:30 - Mis à jour le mardi 29 août 2017 à 8:28 Par Thomas Schonheere, France Bleu Paris et France Bleu

À la rentrée prochaine, une école sur trois va repasser à la semaine de quatre jours. C'est le cas à Villeparisis, en Seine-et-Marne, où la réforme des rythmes scolaires n'a jamais réussi à se faire accepter.

La majorité des parents d'élèves de Villeparisis étaient déjà contre la réforme des rythmes scolaires au moment de son application.
La majorité des parents d'élèves de Villeparisis étaient déjà contre la réforme des rythmes scolaires au moment de son application. - © Mairie de Villeparisis

Villeparisis, France

Revenir, ou non, à la semaine de quatre jours ? Les maires ont dû trancher la question cet été, après la publication, fin juin, d'un décret au Journal Officiel. Le texte permet, en effet, aux communes de revenir sur la réforme des rythmes scolaires, mise en place sous le mandat de François Hollande. A Villeparisis (Seine-et-Marne), le maire Les Républicains Hervé Touguet n'a presque pas eu à se poser la question : "Lors de la mise en place de la réforme, nous avions interrogé les parents : plus de 85% d'entre eux s'étaient prononcés pour le maintien de la semaine de quatre jours." 85% de parents que la réforme n'a pas réussi, manifestement, à faire changer d'avis.

"Ce n'était pas gérable"

Généralisée à la rentrée 2014, la réforme des rythmes scolaires a fait passer la semaine d'école en primaire et en maternelle à quatre jours et demi, avec le mercredi matin, contre quatre jours auparavant. "Ma fille était très fatiguée et le mercredi, parfois, je ne la mettais pas à l'école, explique Mimouna, dont la fille rentre en CP. Les enfants ont un rythme de vie d'adulte et je trouve que ce n'est pas logique." Pour cette mère de famille, le retour à la semaine de quatre jours, avec des journées plus longues le reste de la semaine, va également demander moins d'organisation : "Il fallait trouver une nounou de 15h45 jusqu'à ce que je rentre du travail, ce n'était pas gérable. Alors que le mercredi, il y a toujours une mamie ou une voisine, c'est plus pratique." Beaucoup de parents vont opter également, à la rentrée, pour le centre aéré.

Rythmes scolaires : à Villeparisis, le retour à la semaine de quatre jours était attendu

Le maire Hervé Touguet non plus ne manque pas d'arguments pour défendre le retour à la semaine de quatre jours. D'abord, il espère un retour des écoliers dans les clubs de sports de la commune, victimes collatérales de la réforme : "Les entraînements de certaines activités sportives qui se déroulaient le mercredi matin ne pouvaient pas être décalés au samedi, jour de compétition. Des enfants ont vraiment cessé leur activité, je pense notamment au club de handball." Le maire met également en avant les économies que va faire l'Etat : la commune recevait environ 200.000 euros pour assurer les TAP, les temps d'activités périscolaires. Par ailleurs, personne ne va être licencié puisque ce sont les personnels des écoles qui assuraient ce temps périscolaire.

Selon le maire Hervé Touguet, les clubs de sports de la commune ont perdu des adhérents avec la semaine de quatre jours et demi. - Aucun(e)
Selon le maire Hervé Touguet, les clubs de sports de la commune ont perdu des adhérents avec la semaine de quatre jours et demi. - © Mairie de Villeparisis

La FCPE, tout de même, regrette ce retour en arrière, alors qu'aucune évaluation de la réforme n'a été menée. Pour Philippe Le Clerre, le représentant local du syndicat de parents d'élèves, la municipalité n'a rien fait pour mettre en avant les TAP : "Elle a opté pour un temps de trois quarts d'heure par jour, alors que nous proposions deux fois une heure et demi par semaine. En trois quarts d'heure, on ne peut pas faire quelque chose de très intéressant."

Selon les chiffres officiels du ministère de l'Éducation nationale, près d'un tiers des écoles primaires ont choisi le retour à la semaine de quatre jours à la rentrée prochaine. Vous pouvez consulter les horaires de toutes les écoles sur le site du ministère en entrant votre code postal et le nom de l'établissement.