Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"S'il faut venir malade, on vient malade" : les étudiants nordistes en BTS en colère après leurs examens

-
Par , , France Bleu Nord

Les étudiants en BTS ont finalement passé leurs examens en présentiel. Ils avaient demandé une évaluation en contrôle continu, comme l'année dernière. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, 15 000 élèves ont enchaîné les épreuves, pas toujours rassurés par le contexte sanitaire.

Les étudiants en BTS ont passé leurs examens toute cette semaine.
Les étudiants en BTS ont passé leurs examens toute cette semaine. © Maxppp - Nathan Laine

Depuis dix minutes, Laure attend un peu nerveusement devant le gymnase du lycée privé de Notre Dame d'Annay à Lille, aménagé en salle d'examen. Elle passe son épreuve de culture générale et pour être sure de ne pas la manquer à cause du Covid, elle a une technique infaillible. "Je ne fais pas de test pendant la période des examens, pas de test, pas de positivité au Covid et je suis tranquille", explique-t-elle.  

Pour les élèves cas contacts ou cas positifs, une session de rattrapage a été organisée exceptionnellement. Mais ça ne suffit pas à convaincre les étudiants.  

Si j'ai le Covid, je viens quand-même, je ne vais pas louper mon avenir juste pour ça. On ne connaît pas les modalités du rattrapage, et de toute façon, on n'est pas bien préparé, donc même s'il faut venir malade, je viens malade. - Clara, étudiante en BTS au lycée Gaston Berger de Lille

Même avec les masques et la distance entre les tables, venir malade, c'est mettre toute la classe en danger insiste la direction de l'établissement. Pour autant, la directrice du lycée Notre Dame d'Annay Sophie Podevin comprend le raisonnement de ses élèves. "Je comprends évidemment leur stress, les élèves ont été plus perturbés et plus angoissés, on l'a bien ressenti", condède-t-elle.  Le rectorat rappelle de son côté que les étudiants qui sont cas contact ou qui ont des symptômes doivent obligatoirement prévenir leur chef d'établissement et rester chez eux.

Le sentiment de ne pas être considéré

Depuis plusieurs semaines, les étudiants réclamaient d'être évalués sur la base du contrôle continu. Ils redoutaient d'une part les conditions sanitaires de ces épreuves en présentiel et dénonçaient une mauvaise préparation liée aux confinements et aux cours à distance. Un collectif de 300 étudiants, "BTS en détresse", avait saisi le Conseil d'Etat, qui a rejeté leur demande. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Je craignais de l'attraper ici, de rentrer chez moi et de le donner à mes parents, surtout à ma mère qui a des comorbidités. On n'a pas été pris en considération", explique Marie, en BTS Communication au lycée Gaston Berger de Lille. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess