Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On sacrifie une génération" : une centaine d'enseignants manifestent à Châteauroux

-
Par , France Bleu Berry

À l'appel de plusieurs syndicats, une centaine d'enseignants, d'infirmiers scolaires et d'assistants d'éducation ont manifesté à Châteauroux ce mardi. Ils dénoncent l'absence de moyens suffisants pour faire leur métier, encore plus essentiel en cette période de crise sanitaire.

Une centaine de personnes rassemblées à Châteauroux, à la cité administrative
Une centaine de personnes rassemblées à Châteauroux, à la cité administrative © Radio France - Jérôme Collin

Les enseignants de l'Indre se sont donnés rendez-vous à la cité administrative de Châteauroux, devant les locaux des services de l'Education nationale, ce mardi 26 janvier. Une centaine de personnes étaient réunis dans la matinée. Des enseignants, des assistantes d'éducation, des infirmiers scolaires venus exprimer leur colère face à l'absence de moyens suffisants ; et leur inquiétude en pleine crise sanitaire. La perspective d'un reconfinement est claire et nette. "Je suis d'accord avec le ministre Jean-Michel Blanquer pour dire qu'il faut laisser les écoles ouvertes. Encore faut-il nous en donner les moyens. On nous supprime des postes, on nous enlève des heures, on a des classes surchargées", indique Coralie Raveau, enseignante au lycée Blaise Pascal de Châteauroux et co-secrétaire départementale de la FSU dans l'Indre.

Il ne faut donc pas reproduire l'erreur du premier confinement, où tous les établissements scolaires avaient été fermés. "On sacrifie une génération. Le confinement a fait de gros dégâts au niveau des connaissances, on est obligé de reprendre les bases. Ce sont les élèves qui en pâtissent", indique-t-elle. Le protocole sanitaire est aussi au centre des interrogations. "On demande à être réellement protégé. On est toujours dans l'incertitude de savoir si on ne se contamine pas les uns les autres. Les masques artisanaux, un jour on nous dit qu'ils ne sont pas valables face aux variants du Covid et le lendemain on nous dit le contraire", s'inquiète Coralie Raveau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess