Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Agnant-de-Versillat : classe fermée faute d'enseignant remplaçant, la mairie met en place une garderie

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Creuse

Y a-t-il une pénurie d'enseignants en Creuse ? En tout cas, il manque des remplaçants et avec les cas contacts, les enseignants considérés comme "personnes vulnérables", les besoins se multiplient, exemple à Saint-Agnant-de-Versillat, où une classe de maternelle n'a école que le lundi et le mardi.

Pierre Decoursier, le maire de Saint-Agnant-de-Versillat, ouvre une garderie pour les élèves de la classe de maternelle (moyenne et grande section) car leur classe est fermée le lundi et le mardi.
Pierre Decoursier, le maire de Saint-Agnant-de-Versillat, ouvre une garderie pour les élèves de la classe de maternelle (moyenne et grande section) car leur classe est fermée le lundi et le mardi. © Radio France - Olivia Chandioux

Une dizaine de classes sont fermées en Creuse au moins un jour par semaine, selon le syndicat enseignant SE-Unsa. Entre trois et quatre selon l'académie de la Creuse. Plusieurs centaines d'enfants ne peuvent pas aller à l'école un ou plusieurs jours par semaine, faute d'enseignants remplaçants. Professeurs "vulnérables", cas contacts, les besoins se multiplient. c'est le cas par exemple à Saint-Agnant-de-Versillat près de La Souterraine, où la classe de moyenne grande section n'a plus cours le lundi et le mardi

C'est dramatique qu'en 2020 des élèves soient privés d'école

Un vrai casse-tête pour les parents, comme Simon, le papa de Léonard, quatre ans, "on a appris la semaine dernière que l'école ne pouvait plus accueillir notre fils, et que l'instruction devait être délivrée par les parents à domicile, le lundi et le mardi jusqu'à une date indéterminée." Difficile pour lui de concilier télétravail et école à la maison, "ma femme ne peut pas télétravailler et pour ma part, j'ai énormément de visio-conférences. On nous a dit qu'on nous enverrait les devoirs par mail, pour nous c'est un problème, ce n'est pas à nous de faire l'école à notre fils, c'est dramatique qu'en 2020 des élèves soient privés d'école.

On a décidé de ne pas laisser les familles dans la panade

Pour soulager les parents, qui comme Simon doivent travailler, Pierre Decoursier, le maire de Saint-Agnant-de-Versillat met en place une garderie pour accueillir les élèves le lundi et le mardi, "il a été décidé en conseil municipal de ne pas laisser les familles dans la panade. On ne va pas faire de l'enseignement, ce n'est pas notre travail, mais les enfants seront accueillis sur le temps de l'école." Pour mettre en place cette garderie, le maire a dû recruter une personne supplémentaire pour 12 heures par semaine. 

Ce coût supplémentaire, le maire l'assume volontiers, mais il regrette que les élèves de sa commune n'aient cours que la moitié de la semaine, "on est globalement tous choqués par cet état de fait. L'instruction est obligatoire, or on se rend compte que dans cette pandémie, l'enseignement n'est pas assuré par les services de l'État. J'espère qu'on ne va pas sacrifier une génération. C'est pour moi un gros point de lacune du système scolaire français."

Il manque 15 enseignants remplaçants en Creuse selon le SE-Unsa

Cette pénurie ne date pas d'hier selon le SE-Unsa, deuxième syndicat d'enseignants en France. Mais elle est clairement amplifiée par la crise sanitaire, estime Pierre Gautret, secrétaire départemental du SE-Unsa dans la Creuse, "c'est quelque chose que l'on signale depuis des années, même en temps normal, certaines absences ne sont pas remplacées. Cette année comme on ne peut pas répartir les élèves dans les autres classes, elles sont obligées d'être fermées. Il manque une quinzaine de remplaçants dans le département. On est dans un contexte exceptionnel qui demande encore plus de moyens.

Pour pallier le manque de remplaçants, l'académie envisage de recruter des enseignants contractuels prochainement. "On a toujours des phénomènes pendant l'hiver où la brigade de remplacement ne suffit pas, c'est un problème qui existe depuis des années, mais qui est accentué par la crise sanitaire et l'interdiction du brassage dans les classes", reconnaît le Dasen Laurent Fichet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess