Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Saint-Brévin : les parents d'élèves veulent une quatrième classe à la maternelle

lundi 4 septembre 2017 à 18:45 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Les parents d'élèves de l'école Paul-Fort de Saint-Brévin ont écrit à l'inspection d'académie pour obtenir l'ouverture classe supplémentaire en maternelle. Il y a 96 enfants pour trois classes en cette rentrée.

Les parents d'élèves ont expliqué leurs difficultés à l'inspection d'académie
Les parents d'élèves ont expliqué leurs difficultés à l'inspection d'académie © Radio France - Marion Fersing

Saint-Brevin-les-Pins, France

C'est le coup de massue de la rentrée à l'école maternelle Paul-Fort de Saint-Brévin. Les parents espéraient l'ouverture d'une quatrième classe comme l'inspection d'académie le leur avait laissé entendre en juin dernier, mais pour l'instant, c'est non. Même s'il y a 96 enfants pour trois classes (29 en petite section, 33 en moyenne et 34 en grande section). Ils ont donc écrit à l'inspection et ils réfléchissent à d'autres actions s'ils n'obtiennent pas gain de cause.

On a beau avoir les meilleurs enseignants du monde, ils n'ont que deux bras !

Surtout que, cette ouverture, ils l'espéraient d'autant plus que les classes étaient déjà bien chargée l'an dernier. "Ils étaient trop nombreux ! Surtout dans des classes aussi petites !", se souviennent Anne-Laure, Nadège, Magdalène et Karine. Les quatre mamans se sont retrouvées pour rédiger leur mail à l'inspection d'académie. "Ce matin, pour la rentrée, c'était un peu le bazar", raconte Nadège qui a, tour à tour, déposé ses enfants en petite, moyenne et grande section. Elle craint que ça continue comme ça. C'est la même chose pour Anne-Laure : "même si on a les meilleurs enseignants du monde et un personnel extrêmement qualifié, ils n'ont que deux bras et, à un moment, ce n'est plus possible pour eux d'accueillir dans de bonnes conditions les petites de maternelles". Et l'an dernier, ces mamans ont déjà eu l'impression d'emmener leurs enfants à la garderie plutôt qu'à la maternelle. "Mais on ne voit pas comment il pourrait en être autrement ! On ne voit pas non plus comment la maîtresse va pouvoir être là pour chaque enfants, surtout ceux qui sont plus en difficulté que d'autres". Et elles appréhendent déjà les sorties à la piscine.

Des enfants épuisés

Voilà pour l'école. Mais c'est aussi le retour à la maison qui s'annonce compliqué. Après une demie-journée d'école, Nadège a déjà trouvé ses jumeaux fatigués. Magdalène se souvient elle de l'état de son fils, l'an dernier. Il était déjà dans une classe à plus de 30 élèves : "à la maison, il ne fait plus la sieste. À l'école, l'an dernier, il l'a faisait. Il faisait même deux heures de sieste ! Mais il rentrait quand même épuisé le soir".

Des arrivées régulières dans la commune

Et toutes ont peur que le problème ne fasse que s'aggraver au cour de l'année scolaire. "On habite dans une zone dynamique", explique Karine. "Il y a des gens qui arrivent pour travailler dans l'industrie à Saint-Nazaire ou dans les commerces et il faut bien accueillir leurs enfants à l'école". Dans ces conditions, comment continuer d'intégrer, aussi, à la maternelle les enfants autistes de l'institut médico-éducatif de Saint-Brévin ? Les quatre mamans posent la question.

L'école Paul-Fort de Saint-Brévin - Radio France
L'école Paul-Fort de Saint-Brévin © Radio France - Marion Fersing

Des classes à 12 élèves, je trouve ça super pour eux. Mais ils auraient peut-être pu faire des classes à 20 et à 25 pour nous

Elles admettent d'autant plus mal la situation qu'elles voient les classes de CP dédoublées dans les quartiers sensibles pour que, justement, il y ait moins d'élèves par enseignant. "C'est vrai que nous avons la chance d'habiter dans une commune où il y a peu de difficultés au niveau de l'école. Mais les conditions d'apprentissage doivent être optimale partout où on se trouve. Notamment à la maternelle puisque c'est là que se construit la vie scolaire de l'enfant", estime Anne-Laure. Nadège poursuit : "si les enfants sont dans des classes surchargées, ça entraîne des difficultés. Donc ils risquent d'arriver au CP avec des lacunes et on n'aura fait que déplacer le problème. On ne peut pas accepter ça. Des classes à 12 élèves, je trouve ça super pour eux. Mais ils auraient peut-être pu faire des classes à 20 pour eux et à 25 pour nous. Ce serait très bien".

Les parents d'élèves de Saint-Brévin attendent donc beaucoup de la réunion de ce mardi à l'inspection d'académie qui doit décider des ouvertures et des fermetures de classes en Loire-Atlantique. Ils espèrent que leurs arguments seront entendus.