Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Saint-Denis : le lycée Suger se mobilise contre le départ d'un enseignant

mercredi 30 août 2017 à 19:37 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Une centaine d'élèves, de professeurs et de parents d'élèves du lycée Suger de Saint-Denis ont manifesté ce mercredi devant le rectorat de l'académie de Créteil pour dénoncer la mutation "forcée" selon eux du chef de leur filière audiovisuelle. Un "cas individuel" répond la rectrice.

Manifestation devant le rectorat de l'académie de Créteil ce mercredi
Manifestation devant le rectorat de l'académie de Créteil ce mercredi © Radio France - Rémi Brancato

Saint-Denis, France

La rentrée s'annonce animée au lycée Suger de Saint-Denis. Le lycée a fait face à plusieurs intrusions et faits de violence durant l'année scolaire écoulée. Les professeurs ont notamment fait grève à plusieurs reprises pour demander plus de moyens humains. Ils se mobilisent aujourd'hui, avec élèves et parents d'élèves, pour demander le maintien d'un "pilier" de l'établissement.

Le chef de la filière audiovisuelle, spécialité du lycée, doit quitter l'établissement. "Il a été muté et nous considérons que c'est une mutation sanction" dénonce cette enseignante, qui souligne le travail mené par cet enseignant depuis l'implantation de ce lycée à filière d'excellence dans un quartier difficile, en 1994 : "avec son départ c'est tout l'équilibre du lycée ainsi que du quartier qui s'en trouvera perturbé" estime-t-elle.

Une centaine de manifestants était rassemblée devant le rectorat, à Créteil

Un "cas individuel", selon la rectrice

Pour la rectrice de l'académie de Créteil, Béatrice Gille, il ne s'agit en aucun cas d'une sanction, mais d'un "cas individuel". Elle promet "un accompagnement" de l'établissement pour "le stabiliser et lui redonner confiance".

De leur côté les manifestants vivent la décision comme le révélateur d'une situation plus générale, "comme une punition". Julien, militant communiste à Saint-Denis et soutien des mobilisations au lycée Suger depuis plusieurs mois estime que "des promesses ont été faites pour des moyens attribués à cet établissement et [que] la mutation est le résultat d'un mépris de l'Education nationale". "C'est les quartiers populaires qu'on méprise" estime Mehdi, élève en classe de première.

LIRE AUSSI :