Éducation

Saint-Étienne : des menus 100% bio à la cantine, mais pas assez locaux

Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu mardi 13 octobre 2015 à 15:25

Depuis janvier 2014, les cantines de Saint-Etienne sont passées au 100%
Depuis janvier 2014, les cantines de Saint-Etienne sont passées au 100% © Radio France - Mathilde Montagnon

Saint-Étienne est la seule grande ville de France à proposer des menus 100% bios dans ses cantines, depuis janvier 2014. Mais la municipalité envisage une sorte de retour en arrière : moins d'exigence sur le bio, mais pour favoriser les produits locaux.

En 2009, les cantines de Saint-Étienne proposaient 50% de produits bio. C'est 100% aujourd'hui. Ou plus exactement 100% des "produits disponibles en bio sur le marché". Ce qui revient à 96.5% de bio dans les assiettes (car par exemple, il est impossible de trouver du poisson bio sans arête). Il n’empêche, Saint-Étienne est la seule grande ville de France a proposer autant de bio dans les cantines. Mais cela pourrait changer.

Aujourd'hui la municipalité envisage un retour en arrière. Privilégier le local au détriment du bio. Car seuls 46% des produits consommés viennent de la région stéphanoise (de la Loire , des départements limitrophes ,  de la Drôme ou de l'Ain). L' objectif de 50% n'a jamais été atteint.  Pour Samy Kéfi-Jérôme, adjoint au maire en charge de l'éducation "le bio de l'étranger, on peut s'interroger sur sa certification. Le 100% on l'a testé. Mais on voit les limites : en terme de bilan carbone pour certains approvisionnements, en terme de variété, car comme tous les producteurs ne sont pas bio,  il y a parfois de la lassitude car les menus se répètent. Donc aujourd'hui on veut développer un équilibre entre le bio et le local". En espérant qu'à terme les producteurs locaux obtiennent à leur tour un label bio.

Reportage de Mathilde Montagnon à la cantine de l'école Thiollier

Développer les circuits courts. C'est donc le nouvel objectif de la mairie de Saint-Étienne. Mais la cuisine centrale travaille déjà avec des producteurs locaux. Comme Philippe Marquet, éleveur de vaches laitières à Maringes (entre Saint-Galmier et Bellegarde en Forez). Depuis 2012 il livre des yaourts bio tous les 15 jours aux cantines stéphanoises. Un marché très important pour lui. "_Cela représente de 3 000 à 4 000 yaourts une semaine sur deux, _explique-t-il,__ l'avantage de ce marché c'est qu'on peut donner de la perspective à notre entreprise et notamment en terme d'emplois. Créer des emplois en étant sûr de pouvoir les maintenir". Déjà, depuis avril dernier, la viande servie dans les cantines stéphanoise et exclusivement française.

Philippe Marquet, éleveur de vaches laitières à Maringes

Depuis la rentrée la mairie de  Saint-Étienne fait également la chasse au gaspillage. Avec des menus en boîte proposés aux enfants dont les parents n'avaient pas réservé la cantine à temps.  Avant, une tonne de nourriture était jetée à la poubelle tous les mois. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.