Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Saint-Etienne : les bibliothécaires et les professeurs des écoles révoltés par la fin du prêt aux enseignants

mardi 28 août 2018 à 6:36 Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire

La mairie de Saint-Etienne a supprimé au début de l'été le "Prêt aux Enseignants", un service qui permettait aux professeurs des écoles d'emprunter des livres pour toutes leurs classes et pour plusieurs mois. La CGT lance un appel à la grève chez les employés de la bibliothèque le 5 septembre 2018.

 Le prêt aux enseignants existaient depuis plus de 40 ans à Saint-Etienne. Selon la mairie, la fréquentation baissait, preuve que ce service ne répondait plus assez aux besoins des enseignants.
Le prêt aux enseignants existaient depuis plus de 40 ans à Saint-Etienne. Selon la mairie, la fréquentation baissait, preuve que ce service ne répondait plus assez aux besoins des enseignants. © Radio France - Noémie Philippot

Saint-Étienne, France

La révolte gronde chez les employés des médiathèques et les enseignants stéphanois. Cette rentrée, ils perdent un service très précieux pour beaucoup d'entre eux : le prêt aux enseignants", 30 000 documents qu'ils pouvaient emprunter pour le travail en classe. La mairie de Saint-Etienne l'a supprimé au début de l'été, estimant qu'il ne répondait plus assez aux besoins des professeurs des écoles. Un rassemblement est prévu le 5 septembre prochain à l'appel de la CGT, qui espèrent une participation massive des employés de la bibliothèques. Les grévistes se retrouveront devant la mairie à 13h00.

L'incompréhension pour les enseignants et les bibliothécaires

La suppression du prêt aux enseignants était annoncée depuis le début de l'année 2018. Les enseignants et les bibliothécaires ont proposé des alternatives à la mairie, comme la gestion de ce fond à l'échelle de la métropole, mais estiment ne pas avoir été entendus. Le 5 juillet, ils ont reçu une lettre qui annonçait la fin pure et simple de ce service, ainsi que celle de la carte professionnelle enseignant et collectivité, qui permettait d'emprunter de nombreux livres en une seule fois, et pour une durée plus longue que celle autorisée à titre privée. 

Jérémy Rousset est directeur de l'école des Frères Chappes, et directeur adjoint du syndicat enseignant SNUipp-FSU. Pour lui, c'est l'incompréhension : "Les enseignants ont un outil de travail précieux et fabuleux qui est le livre. On leur enlève leur outil de travail, c'est comme si on disait au boulanger qu'il n'aura plus de four demain. On ne peut plus travailler." 

Dans les médiathèques, les agents sont révoltés. Houria Bine les représentent à la CGT : "Ça dénote une très très grande méconnaissance du métier et de ce qu'on apporte à la population. C'était pour certains enfants la seule occasion d'avoir un livre à la maison." Pour elle, le malaise est d'autant plus grand que la carte collectivité permettait aussi aux crèches, aux centres sociaux ainsi qu'aux hôpitaux et même aux prisons d'accéder à cette collection de livres.

La mairie avance une baisse de fréquentation de 6% 

Pour justifier sa décision, la mairie explique que la fréquentation du prêt aux enseignants a chuté de six pour-cent ces dernières années, tout cela "dans un contexte économique très contraint, dans lequel l'Etat nous enlève beaucoup de dotations" précise l'adjoint à la culture, Marc Chassaubéné. Autre argument : la fréquentation de ce service par des personnes extérieures à Saint-Etienne, alors qu'il est financé par l'argent des Stéphanois. 

"Il s'agissait pour nous de recentrer les moyens sur les missions premières des médiathèques, qui sont l'accès à la lecture pour tous, et non pas sur une mission qui revient elle à l'Etat, qui est de donner des moyens aux enseignants, notamment dans les écoles." justifie Marc Chaussaubéné, en expliquant que cette fermeture a été décidé dans le cadre d'une restructuration complète des médiathèques. 

Marc Chaussaubéné, adjoint à la culture à la mairie de Saint-Etienne, explique la décision de supprimer le prêt aux enseignants.

Une justification qui ne tient pas pour les enseignants et les employés des biblitohèques : "Avant la culture n'avait pas à être rentable !" estime Houria Bine. Avec la rentrée, les syndicats préparent leur mobilisation contre la suppression de ce service, qui existait depuis plus de 40 ans à Saint-Etienne.