Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Saint-Étienne : polémique après une subvention régionale de 350 000 euros pour une école hors contrat

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

"Une chance" pour des enfants en difficulté comme le disent les défenseurs du projet et les élus régionaux qui accordent la subvention ? Une enveloppe "idéologique" destinée à développer une "école de la division" comme l'affirment les syndicats enseignants ?

L'école est aujourd'hui située sur les hauteurs de Saint-Etienne dans le quartier Montaud.
L'école est aujourd'hui située sur les hauteurs de Saint-Etienne dans le quartier Montaud. © Radio France - DV

Saint-Étienne, France

Les syndicats enseignants ne décolèrent pas après une subvention débloquée récemment par la Région Auvergne-Rhone-Alpes : 350 000 euros en faveur du Cours La Fontaine, une école primaire hors contrat, portée par le programme "Espérance Banlieue" qui existe à Saint-Étienne depuis trois ans. C'est plus précisément "Loire Habitat" qui va recevoir l'argent pour acheter et rénover les anciens bâtiments de l'école Flemming dans le quartier populaire de Montreynaud, toujours propriété de la ville et abandonné depuis dix ans. 

Le Cours La Fontaine sera locataire. Une école qui accueille actuellement 11 enfants. Un nombre qui pourrait quasiment doubler à la rentrée prochaine, avec la volonté d'accompagner des enfants en échec pour leur permettre de retrouver le fil de leur cursus scolaire et de leur vie de citoyen. Avec certains outils comme l'uniforme, la montée des drapeaux, le chant de la Marseillaise.

"Une volonté de sabrer le travail des écoles classiques"

Voir une école primaire hors contrat, profiter même indirectement de 350 000 euros de subvention, ça ne passe pas pour Jeremy Rousset, le secrétaire départemental adjoint du syndicat SNUIPP FSU dans la Loire : "Laurent Wauquiez et ses conseillers régionaux ont une visions parcellisée de l'école. C'est une école de la division. En investissement aussi massivement dans ce type d'aventure pédagogique, on se rend complice de ce qui s'y passe. C'est une tête de pont d'une certaine vision de l'école qui a vocation à infuser dans le système existant, pour pouvoir changer les choses de l'intérieur. Il y a la volonté de promouvoir une certaine vision de l'école et de sabrer, de critiquer le travail des écoles classiques".

"Nous pouvons être une solution"

Florian Méheut est le directeur du Cours La Fontaine. Il comprend l'inquiétude des syndicats mais ne veut pas qu'on mette son école en concurrence avec le secteur public : "J'ai une vision qui est celle du "et" et non pas le "ou" exclusif". On ne peut plus dire aujourd'hui qu'un seul modèle suffit. On ne veut pas faire de la concurrence à l'Education Nationale car on en a ni les moyens ni la prétention. Par contre, il faut rester pragmatiques, je sais que pour certains élèves, nous pouvons être une solution."

  • Marie-Camille Rey, conseillère municipale à Saint-Étienne et vice-présidente du conseil régional en charge de l'enseignement sera notre invitée ce mardi matin à 8h30