Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Saint-Étienne : pour les enseignants et les employés de la médiathèque, ce n'est pas la fête du livre pour tout le monde

samedi 13 octobre 2018 à 16:03 Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire

La suppression du prêt aux enseignants ne passe toujours pas à Saint-Étienne. Des enseignants et des employés de la médiathèque ont défilé et fait signer leur pétition en marge de la fête du livre ce samedi pour réclamer la remise en route de ce service qui existait depuis 40 ans à Saint-Étienne.

Les manifestants ont fait signer leur pétition en marge de la fête du livre
Les manifestants ont fait signer leur pétition en marge de la fête du livre © Radio France - Mathilde Montagnon

Saint-Étienne, France

"A Saint-Étienne, ce n'est pas la fête du livre pour tout le monde".  C'était le monde d'ordre des enseignants et des employés de la médiathèque qui ont manifesté hier dans les rues de Saint-Étienne pour réclamer la réouverture du prêt aux enseignants et aux collectivités. Ce fond de 40 000 livres, situé dans le quartier Tarentaize, existait depuis 40 ans, et il a fermé cet été. Les manifestants se sont rassemblés devant la médiathèque avant de se rendre à la fête du livre faire signer leur pétition aux passants.

Sophie Dieterich travaille à la médiathèque de Tarentaize. Elle est membre du syndicat CGT des territoriaux. Elle dénonce l'aspect "événementiel" de la fête du livre alors que selon elle, la politique de la Ville de Saint-Étienne ne permet pas de développer la lecture auprès des plus jeunes. "C'est une fête commerciale et à Saint-Étienne pour nous, depuis longtemps, il n'y a pas de politique du livre et de la lecture. Le maire se targue d'avoir une fête du livre populaire mais en réalité ça se résume à quelques selfies qu'il vient faire par ci et par là. C'est des effets d'annonce. A Lyon, on ouvre des médiathèques, à Saint-Étienne, on ferme un service. (...) C'est pénaliser les enfants pauvres". 

Sophie Dieterich travaille à la médiathèque de Tarentaize

Françoise Teyssier est enseignante dans le centre-ville de Saint-Étienne en charge des élèves en difficulté, ce qu'on appelle le rased (réseau d'aide aux élèves en difficulté). Pour elle, la fermeture du prêt enseignant a vraiment compliqué son travail auprès des enfants. "c'est un outil de travail essentiel. L'intérêt du prêt enseignant c'est que je pouvais prendre cinq livres identiques pour aborder un tel thème. Cinq livres parce qu'ils concentraient des difficultés particulières. Et ça, je ne peux plus l'avoir. Je trouve dommageable de ne pas pouvoir utiliser toute cette richesse qui est là dans ces locaux, et de ne pas y avoir accès". 

Françoise Teyssier, enseignante dans le centre-ville de Saint-Etienne

L'intersyndicale réclame la remise en service du prêt enseignants et aux collectivités tel qu'il fonctionnait auparavant. Les aménagements concédés par la Mairie début septembre ne répondant pas suffisamment à leurs attentes.