Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Étienne : un rassemblement devant le Crous après le suicide d'une étudiante transgenre de Montpellier

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Des étudiants et représentants syndicaux se sont réunis devant le Crous de Saint-Étienne mardi, dans le cadre d'une mobilisation nationale suite au suicide d'une étudiante transgenre à Montpellier. Ils ont dénoncé la transphobie en milieu universitaire et la précarité étudiante aggravée cette année.

Les participants étaient peu nombreux à cause du contexte sanitaire mais déterminés, devant le Crous de Saint-Etienne
Les participants étaient peu nombreux à cause du contexte sanitaire mais déterminés, devant le Crous de Saint-Etienne © Radio France - Céline Autin

Une poignée d'étudiants et de représentants syndicaux ont manifesté mardi symboliquement devant le Crous de Saint-Étienne, dans le cadre d'une manifestation nationale suite au suicide d'une étudiante transgenre de Montpellier. Les participants ont dénoncé l'absence de prise en compte des personnes transgenres en milieu universitaire, ainsi que la précarité des étudiants, un an après la tentative de suicide d'Anas, étudiant stéphanois, devant le Crous de Lyon.

Les personnes transgenres, grandes oubliées du milieu universitaire

Pour les participants au rassemblement, le milieu universitaire ignore complètement la situation des personnes transgenre, voire fait preuve de transphobie. "Elles subissent le mépris des institutions, avance Julie, membre de la CGT étudiants. Il faut former davantage de personnels de la MPU, la Médecine préventive étudiante, car certains étudiants sont dans une grande détresse psychologique."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Cette situation vaut à Saint-Étienne comme ailleurs : "et encore, à la fac Tréfilerie, il existe des collectifs. Imaginez un étudiant transgenre à l'école des Mines ou dans des lieux plus excentrés", remarque Myriam Garcia, représentante Sud Education Loire. Les participants ont souligné la nécessité de former tous les personnels, enseignants compris, à cette question, et revendiquent d'intégrer très tôt le concept de genre dans les programmes éducatifs.
 

La précarité étudiante à nouveau dénoncée

Le suicide de Doona, en grande difficulté financière et apparemment menacée d'expulsion par le Crous de Montpellier, vient aussi démontrer que la question de la précarité étudiante est loin d'être réglée. D'ailleurs, tous les manifestants ont en tête la tentative d'immolation d'Anas, étudiant stéphanois, devant le Crous de Lyon l'année dernière. "Les résonances sont là, reconnaît Olivier Laferriere, enseignant et militant Sud Education Loire. On est loin d'être abattus, les deux situations nous appellent à agir."

Dans le viseur des manifestants, le rôle du Crous et des instituions universitaires, accusés notamment de transphobie
Dans le viseur des manifestants, le rôle du Crous et des instituions universitaires, accusés notamment de transphobie © Radio France - Céline Autin

Celle-ci s'est même exacerbée en cette rentrée, à cause de la crise sanitaire. "Beaucoup de camarades ont perdu leur job saisonnier pendant le confinement. A la rentrée, il faut payer les transports, le logement, et maintenant les masques et tout ce qui a trait au Covid. C'est très dur", témoigne Damien, étudiant en sociologie. Un coût en hausse de plus de 3% selon les calculs de l'Unef, principal syndicat étudiant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess