Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Polémique des contrats aidés : pas de rentrée dans trois communes de Drôme Ardèche

vendredi 1 septembre 2017 à 21:25 Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme Ardèche

Face à la grogne des maires, l'Etat promet de débloquer des emplois aidés pour assurer la garderie et la cantine. Faute de garantie, trois maires maintiennent le report de la rentrée en Drôme-Ardèche tandis que les élus du village drômois de Sainte-Croix manifestent ce samedi à Die.

L'école de Sainte-Croix, dans la Drôme, perd ses deux emplois aidés à quelques jours de la rentrée scolaire.
L'école de Sainte-Croix, dans la Drôme, perd ses deux emplois aidés à quelques jours de la rentrée scolaire. © Radio France - Mélanie Tournadre

L'Etat a lâché du lest ce vendredi face à la bronca des élus locaux à propos des contrats aidés. La situation est critique pour les petites communes qui n'ont pas le budget pour financer seules les postes d'ATSEM et assurer garderie et cantine. Les préfectures de Drôme et d'Ardèche pourront en préserver en partie, en priorisant les petites écoles. Mais combien et où ? Les décisions seront prises "dans les semaines qui viennent" nous fait savoir la préfecture de la Drôme.

Pas de rentrée pour 118 écoliers en Drôme-Ardèche

En attendant, trois maires ont pris des arrêtés pour reporter la rentrée à Saint-Jean-Chambre et Saint-Jeure-d'Ay en Ardèche et Mérindol-les-Oliviers dans la Drôme. Pour l'instant, ces arrêtés sont maintenus. Soit un total de 118 enfants qui ne pourraient pas faire leur rentrée lundi

La colère du village de Sainte-Croix

La maire de Sainte-Croix dans la Drôme, elle, maintient son rassemblement ce samedi matin devant la sous-préfecture de Die. L'école de la petite commune de cent habitants est en danger à cause de la suppression de ses deux emplois aidés. Les deux personnes assistaient l'instituteur de cette école à classe unique (dix-huit élèves de la grande section de maternelle au CM2) et assuraient surtout la garderie le matin et le soir et géraient les repas du midi. La commune n'a pas les moyens de financer seule ces deux emplois. "Il nous faudrait 30 000 euros, c'est impossible" assure la maire Claude Poncet

Les élus de la commune de Sainte-Croix et les parents d'élèves se mobilisent pour récupérer leurs emplois aidés. - Radio France
Les élus de la commune de Sainte-Croix et les parents d'élèves se mobilisent pour récupérer leurs emplois aidés. © Radio France - Mélanie Tournadre

La petite commune n'a pas l'argent pour maintenir ces deux emplois dans son école.

Une école fermée, c'est un village qui meurt

Certains parents d'élèves ont déjà fait savoir à la mairie qu'ils comptaient retirer leurs petits de l'école de Sainte-Croix face à ces difficultés. "_Si l'école ferme à cause de cette suppression des contrats aidé_s, c'est le combat de trente ans pour maintenir l'école ouverte qui s'effondre" insiste Claude Poncet.

"Si les enfants vont dans une autre école, elle finira par fermer et le village va mourir" s'inquiète Dominique, une maman d'élève. "Notre village a besoin de vivre toute l'année, notamment l'hiver, si les touristes veulent continuer à en profiter l'été" ajoute Claude Poncet. "Nous demandons juste les moyens pour que la ruralité puisse continuer à vivre dans la dignité"

Les élus de Sainte-Croix et les parents d'élèves dans le désarroi.