Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Salon de l'Etudiant à Auxerre : "16 ans, c'est jeune pour savoir ce qu'on veut faire non ?"

-
Par , France Bleu Auxerre

Ils sont en classe de seconde ou de première, ils ont de 15 à 17 ans. Et avec la réforme du lycée, leurs choix d'aujourd'hui sont déterminants pour demain. Résultat : un premier salon de l'Etudiant à Auxerre qui fait le plein, le plein de jeunes un peu angoissés.

Parents et enfants un peu stressés au premier Salon de l'Etudiant d'Auxerre
Parents et enfants un peu stressés au premier Salon de l'Etudiant d'Auxerre © Radio France - Soisic Pellet

Auxerre, France

Désormais, "l'après-baccalauréat" se décide presque dès la classe de seconde. Nouveauté de la réforme du lycée, les élèves doivent choisir des spécialités. Quatre en seconde, pour en éliminer une au passage en première, une autre en terminale. Un choix simple pour ceux qui ont une idée bien précise de ce qu'ils veulent faire plus tard, beaucoup plus compliqué pour les indécis. Et à 16 ans, on ne sait pas toujours ce que l'on voudra faire plus tard. 

Peur de ne pas faire le bon choix 

"Est-ce que c'est vraiment le métier que je veux faire, est-ce que j'ai choisi les bonnes spécialités, est-ce que finalement je voudrais pas faire un autre truc mais du coup, je n'ai pas les bonnes spécialités ?" : Melvin se pose des dizaines de question. A 16 ans, il doit bientôt "éliminer" une de ses options. Mais laquelle ? "J'ai envie de devenir historien donc pour ça il vaut mieux que je supprime la SVT (sciences de la vie et de la terre). Sauf que je me débrouille mieux en SVT qu'en SES (sciences économiques et sociales) donc c'est compliqué" explique-t-il. 

Le témoignage de Melvin, 16 ans

Melvin, 16 ans : "on se met la pression tout le temps parce qu'on doit se décider tôt"  - Radio France
Melvin, 16 ans : "on se met la pression tout le temps parce qu'on doit se décider tôt" © Radio France - Soisic Pellet

Car les options comptent mais les notes aussi. Difficile surtout "qu'on nous fout la pression donc ça n'aide pas" raconte Maëlys, elle aussi en première, "en plus à 16 ans, je sais pas, c'est un peu jeune pour savoir ce qu'on veut faire non ?"

Même casse-tête pour Louis, 16 ans lui aussi. "Y'a des écoles qui demandent telle ou telle spécialité pour y entrer, des écoles qui disent qu'il faut ci ou ça mais moi, j'aimerai bien garder mes trois options mais ce n'est pas possible, donc c'est un peu compliqué". Lui sait pour l'instant qu'il veut travailler dans l'informatique, mais sans plus de précisions. 

Louis, 16 ans :"Certaines écoles demandent des options précises pour y entrer" - Radio France
Louis, 16 ans :"Certaines écoles demandent des options précises pour y entrer" © Radio France - Soisic Pellet

Des parents aussi stressés 

Mais ils ne sont pas les seuls à angoisser. La plupart ont leurs parents à côté, un peu perdus aussi. "Moi j'ai de la chance, il sait ce qu'il veut faire. Mais c'est dingue de devoir choisir à 15 ans ce qu'on veut faire plus tard" s'étonne Gwenaëlle. Surtout que le système a donc changé avec la réforme. Difficile donc de les aider sans être passé par là soi-même. Alors, on s'intéresse le plus tôt possible aux débouchés, "on regarde ce qui se fait, ce qu'il y a, ce qui se dit" avoue Eric, papa d'une lycéenne de 16 ans. "Mais on est un peu inquiet" admet-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu