Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Sancoins : le ministre de l'éducation nationale réaffirme ses priorités

-
Par , France Bleu Berry

Le ministre de l'éducation nationale a passé son vendredi dans le Cher. Il a participé au congrès des départements de France à Bourges. Avant cela, Jean-Michel Blanquer s'est rendu à Sancoins : seul réseau d'éducation prioritaire rural en région Centre (il n'y en a qu'une dizaine en France).

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale, dans une classe de CP dédoublé à l'école Lapaire de Sancoins (Cher)
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale, dans une classe de CP dédoublé à l'école Lapaire de Sancoins (Cher) © Radio France - Michel Benoit

Sancoins, France

Jean-Michel Blanquer a visité l'école primaire Hugues Lapaire dont le ministre a loué le travail de l'équipe éducative. Cette école a gagné trente élèves depuis son classement en réseau d'éducation prioritaire (REP), en 2015 (malgré la présence d'une école privée sur la commune de Sancoins).  Le classement REP a permis de dédoubler quatre classes de CP et CE1, soit environ 13 enfants par enseignant. Et l'école a regagné des élèves : " Depuis qu'on est en REP, on a une augmentation des effectifs à l'école primaire, une trentaine d'élèves en plus. L'école en compte 150 aujourd'hui. Les familles ne sont pas effrayées par ce classement REP, bien au contraire." explique le maire de Sancoins, Pierre Guiblin.

Le ministre  Jean-Michel Blanquer, en discussion avec la directrice de l'école Hugues Lapaire, aux côtés du député Loïc Kervran et du maire de Sancoins, Pierre Guiblin. - Radio France
Le ministre Jean-Michel Blanquer, en discussion avec la directrice de l'école Hugues Lapaire, aux côtés du député Loïc Kervran et du maire de Sancoins, Pierre Guiblin. © Radio France - Michel Benoit

Pour la rectrice, Katia Beguin, l'école de Sancoins illustre bien la volonté gouvernementale : " Ici on est à la croisée des deux priorités : priorité à l"éducation prioritaire et soutien à la ruralité aussi. " Aucune école ne peut plus fermer sans l'autorisation du maire. La logique des simples chiffres n'est plus de mise, assure le ministre, Jean-Michel Blanquer : " On a aucun dogme là-dessus. On ne fermera pas une école si cela engendre trop de distance pour les familles. On peut également laisser une classe unique si les résultats, en raison de facteurs locaux, sont bons. Et on veut des analyses partagées entre les maires et le ministère. Il n'y a aucune fatalité. L'éducation nationale doit contribuer à faire s'installer des familles dans les villages." 

Le ministre de l'éducation nationale a partagé la récréation des élèves de Sancoins (Cher). - Radio France
Le ministre de l'éducation nationale a partagé la récréation des élèves de Sancoins (Cher). © Radio France - Michel Benoit

Plus de 350 écoles ont tout de même fermé cette année en France. Et certains maires dénoncent parfois des pressions... Reste aussi le souci des directeurs d'école à qui l'état a retiré les contrats aidés. Ils ont l'impression de ne pas être reconnus dans leurs fonctions. Un récent suicide l'a encore rappelé : " Maintenant la réponse, ce n'est pas un statut de directeur d'école à part. On ne veut pas qu'ils deviennent les supérieurs hiérarchiques des enseignants, affirme Mathieu Pichard co secrétaire de la FSU du Cher. Ce qu'il faut, c'est leur redonner les moyens qui leur manquent depuis qu'on leur a retiré notamment les contrats aidés qui étaient très utiles dans les écoles." Une réflexion est en cours actuellement sur cette question. Dans l'après-midi, Jean-Michel Blanquer s'est rendu au lycée Jean de Berry à Bourges, puis à Boulleret dans le nord du département pour inaugurer le Regroupement Pédagogique Concentré.

Choix de la station

France Bleu