Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Scolarité obligatoire dès 3 ans : les familles qui font l'école à la maison sont inquiètes en Moselle

mercredi 28 mars 2018 à 11:37 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord

L'abaissement de la scolarité obligatoire de 6 à 3 ans n'est pas vu d'un bon oeil par les parents qui ont choisi de faire eux-même l'école à leurs enfants. Reportage dans une famille mosellane près de Faulquemont qui instruit à la maison ses enfants de 7 à 2 ans et demi.

Stéphanie Elchinger à Pontpierre, entourée de ses 3 enfants
Stéphanie Elchinger à Pontpierre, entourée de ses 3 enfants © Radio France - Cécile Soulé

Faulquemont, France

C'est une première depuis 1882 dans l'éducation nationale : Emmanuel Macron a décidé d'abaisser l'âge de la scolarité obligatoire de 6 à 3 ans. La mesure, qui devrait passer par une loi, sera effective pour la rentrée de septembre 2019.  Pour le chef de l'Etat, la scolarité obligatoire dès la première année de maternelle doit aider notamment les enfants issus de familles défavorisés à mieux réussir à l'école. Mais cette mesure ne concernera que 26.000 élèves : 97% des enfants de 3 ans sont déjà scolarisés.  

Un vrai choix éducatif 

Pour certaines familles, c'est un choix, celui de l'école à la maison puisqu'en réalité c'est l'instruction et pas la scolarité qui est obligatoire. Et dans cas là, il y a un contrôle de l'éducation nationale. Il sera donc étendu aux enfants dès 3 ans, ce qui inquiète Stéphanie Elchinger, à Pontpierre près de Faulquemont (Moselle). Membre de l'association "Bienveillance en Famille", elle fait l'école elle-même à ses trois enfants de 7 ans, 5 ans et 2 ans et demi. 

Reportage de Cécile Soulé dans la famille Elchinger qui fait de l'instruction en famille

Deux tables d'écolier trônent dans la salle à manger de la famille Elchinger à Pontpierre. Elie, 7 ans et Edouard 5 ans apprennent à lire, écrire et compter avec leur mère, et ce sera pareil pour la petite dernière, Sophie, 2 ans et demi.  L'aîné n'est allé à l'école qu'un trimestre et n'a pas vraiment apprécié:  "On me punissait tout le temps". 

Les contrôles pédagogiques des moins de 6 ans, ce sera un stress supplémentaire 

L'éducation nationale vient contrôler une fois par an le niveau scolaire de l'enfant. Elie était le seul concerné jusqu'à présent mais avec l'abaissement de la scolarité obligatoire de 6 à 3 ans, ce sera aussi le cas pour sa petite soeur dès l'an prochain. Pour sa mère Stéphanie, ce sera un "stress supplémentaire".  "Et c'est dommage", ajoute cette enseignante de formation, qui a décidé de ne pas travailler, "parce qu'on choisit justement de faire l'école à ses enfants, pour la liberté, pour s'affranchir des contraintes". Elle cite "les contraintes horaires, courir tout le temps" et "le rythme d'apprentissage qui n'est pas le même d'un enfant à l'autre". 

Comme d'autres familles dans son cas, Stéphanie Elchinger craint aussi que la nouvelle mesure du gouvernement préfigure des autorisations d'instruction en famille beaucoup plus restreintes.