Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Se loger à Dijon : une galère pour les étudiants ?

jeudi 15 juin 2017 à 16:22 Par Soizic Bour, France Bleu Bourgogne

Se loger pour un étudiant à Dijon devient-il de plus en plus compliqué ? Une étude de locservice.fr, un site de locations et collocations entre particuliers a dressé un bilan du logement étudiant en 2017. Et Dijon est une ville plutôt chère pour se loger quand on y étudie.

L'université de Bourgogne
L'université de Bourgogne © Maxppp -

Dijon, France

Le site locservice.com dresse un bilan du logement étudiant en 2017, en cette fin d'année. Avec 395 euros de loyer en moyenne par étudiant, charges comprises, la ville de Dijon est plutôt chère pour se loger quand on est étudiant.

Dijon, ville la plus chère de la région pour le logement étudiant

Ce qui fait de Dijon la ville la plus chère de la région, devant Besançon qui affiche une moyenne de 372 euros. Cette dernière est suivie de près par Mâcon, avec 363 euros et Belfort (359 euros). C’est à Nevers que l’on se loge pour le plus petit budget : 330 euros. En comparaison, l'étude révèle que les étudiants de Dijon ont en moyenne un budget logement de 469 € par mois, ce qui est inférieur à la moyenne provinciale, qui est de 515 €.

Après le paiement du loyer, des charges et de la nourriture, il ne me restait que 50 euros

Sur le campus de l'université de Bourgogne, les étudiants sont unanimes, se loger à Dijon quand on étudie, c'est plutôt la galère. Pour trouver le logement d'une part, mais aussi pour le payer par la suite. C'est pour ça que beaucoup d'étudiants se tournent vers les particuliers. C'est ce qu'a fait Azeka, pour une raison simple : "Éviter les frais d'agence, qui sont très onéreux", explique la jeune étudiante en droit. Pour l'année prochaine, elle sera au CROUS. "Mais cette année, après avoir payé mon loyer, les charges et la nourriture, il ne me restait que 50 euros pour vivre", ajoute-t-elle.

La collocation plébiscitée par les étudiants

D'autres optent pour la collocation, comme Romain, cet étudiant en troisième année de bio trouve ça "plus économique" mais aussi "plus confortable". Cependant, il a "énormément galéré" pour trouver son logement. "Je ne suis pas passé par une agence car c'est trop cher et même passer par les particuliers sur le bon coin, c'est galère", souffle le jeune homme.

4 100 lits au CROUS pour 25 824 étudiants

D'autres se tournent vers le CROUS, mais avec 4 100 lits pour près de 26 mille étudiants, la concurrence est rude. Maïwenn, étudiante en psycho et en collocation elle aussi, l'a bien compris : "Il n'y a pas de places pour tout le monde, et se battre pour un logement en centre-ville, c'est souvent compliqué", explique-t-elle.

Un job pour boucler ses fins de mois

Et pour réussir à boucler leurs fins de mois, les étudiants sont souvent obligés de travailler : l'année dernière, un étudiant sur deux cumulait son cursus universitaire avec un emploi.