Éducation

Sécurité dans les lycées : 18 postes créés dans l'académie de Créteil

Par Martine Bréson, France Bleu Paris vendredi 4 novembre 2016 à 16:20

Des postes en plus pour lutter contre la violence dans les établissements scolaires
Des postes en plus pour lutter contre la violence dans les établissements scolaires © Maxppp - Vanlathem Aude

La ministre de l'Education nationale a annoncé vendredi que 18 postes dédiés à la sécurité des établissements scolaires allaient être créés dans l'académie de Créteil. Cette annonce fait suite aux violences de la semaine dernière en Seine-Saint-Denis.

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, répond aux violences qui ont secoué le milieu scolaire la semaine dernière, en particulier en Seine-Saint-Denis. Elle annonce la création de 18 postes. Ces postes seront dédiés à la sécurité des établissements scolaires de l'académie de Créteil qui supervise le Val-de-Marne, la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis. La ministre a fait cette annonce à l'issue d'une rencontre avec les chefs d'établissement et les personnels agressés ces dernières semaines.

Les personnels de sécurité jouent un rôle fondamental : Najat Vallaud-Belkacem

Sur les 18 postes supplémentaires, il y aura 10 personnels de sécurité. Ils seront chargés de faire de la prévention. Il y aura aussi quatre psychologues cliniciens et quatre conseillers prioritaires d'éducation. Ces CPE, qui sont chargés de superviser les élèves, auront en charge le volet éducatif contre la violence.

Ce sont les équipes mobiles de sécurité qui sont intervenues par exemple à Tremblay-en-France quand un lycée a été attaqué aux cocktails Molotov. Elles ont réagi dès les premières minutes et ont joué un "rôle fondamental" a rappelé la ministre.

En octobre 2016, une vague de violences dans et aux abords de nombreux établissements scolaires ont provoqué beaucoup de réactions. En plus des événements de Tremblay-en-France, où la proviseure a été molestée, un lycée de Saint-Denis a également subi une attaque venue de l'extérieur. Des agressions d'élèves envers des adultes ont également eu lieu au Blanc-Mesnil et à Epinay (Seine-Saint-Denis), ainsi que près de Toulouse ou à Strasbourg.

Un diagnostic de climat scolaire

La ministre a précisé que tous les établissements scolaires qui le souhaitent en Seine-Saint-Denis peuvent demander un "diagnostic de climat scolaire". Ce diagnostic permet d'évaluer l'état des violences et les besoins de sécurité au cas par cas. Tous les moyens sont mobilisés, indique la ministre, pour que ce diagnostic soit fait rapidement et que des réponses opérationnelles soient, elles-aussi, apportées très vite.

Des formations pour savoir gérer les crises

Depuis la rentrée, de nouveaux centres sont ouverts pour former les personnels de l'Education nationale à la "gestion de crise". Un rapport pour améliorer la prise en charge des jeunes a été demandé par Najat Vallaud-Belkacem. Il doit se faire en coordination avec le ministère de la Santé et celui de la Justice parce que, face à des jeunes très violents, "l'Education nationale ne peut apporter seule toutes les réponses".